C'est le musée le plus visité au monde même s'il pourrait bien être dépassé par un homologue chinois dans quelques années. Les collections sont infinies à tel point qu'on y a créé des extensions à Lens comme à Abu Dhabi. Seulement, faire un selfie devant la Victoire de Samothrace et surtout la célébrissime Joconde, ne doit pas vous empêcher de l'admirer pour ce qu'il est vraiment: un ancien palais royal qui a accueilli les plus grands rois mais aussi Napoléon III.

P8020031

Un palais avant tout

Pourquoi est-il n°1 du top? Des siècles d'histoire de l'art mais aussi d'histoire tout court.

Savez vous que François Ier a passé bien plus de journées ici que dans tous les châteaux de la Loire réunies? Qu'on posait ici sur les ventres des reines la ceinture de Marie, ou plutôt sa relique pendant les accouchements? Si votre réponse est non, vous devriez revoir le Louvre avec des yeux nouveaux. Je ne sais pas s'il existe des visites spécialement dédiées au côté palais mais le Louvre n'est pas née avec la pyramide de verre créée sous François Mitterrand. Ces enfilades d'architecture classique ou Renaissance sont le témoin des modes de l'architecture.

P8020036

Spectacle navrant devant la Joconde

J'aime donc flâner en levant le nez. Comme chacun, j'ai mes parties préférées au Louvre. Mon coup de coeur sera toujours la Renaissance italienne. Soit, j'ai abandonné d'admirer la Joconde, bousculé par des hordes de touristes qui n'ont qu'une envie: associer le tableau à leur image pour la diffuser sur le plus grand nombre de réseaux sociaux. C'est le pouvoir de l'instantané qui à ce moment là terrasse le passé et les amateurs d'art. Bon de toute façon, il faut dire que la Joconde est une poëlle crasseuse qui mériterait un bon lifting. Les couleurs sont passées, les jeux d'ombre autour des paupières se sont estompés ... Alors que derrière, il y a ce formidable tableau grandeur nature Les noces de Cana selon Véronèse, épisode biblique où Jésus transforme l'eau en vin. Ici, on mêle Antiquité et costume d'époque, celle de son peintre. Dans la même pièce, il serait intéressant d'aller jeter un coup d'oeil au portrait de François Ier par Titien, portrait de profil alors que le portrait de 3/4 avait pris le dessus. En fait, Le Titien n'a jamais vu le roi et s'est inspiré d'une médaille qu'un artiste italien lui a prêté représenant le roi. L'art, au service du pouvoir, une problématique récurrente. Et puis, pour ceux qui adorent Léonard de Vinci comme moi, le Louvre en possède la plus grande collection, tout simplement parce que lorsque le vieillard vint travailler pour le grand François, il emmena des tableaux dont la Joconde, La Vierge aux Rochers et La Sainte Anne. Cette dernière a été l'objet d'une formidable restauration il y a quelques années et je trouve l'effet réussi. Cette dernière a retrouvé l'éclat de ses couleurs. Cette Sainte Anne a inspiré d'autres Sainte Anne dont quelques unes sont au Louvre. Je vous laisse les trouver. Parmi les autres peintures de la Renaissance qui me marque, je reste toujours fasciné par celle de Ghirlandaio: Portrait d'un vieillard et d'un jeune homme. La Renaissance, c'est l'art du portrait même s'il est inutile de le rappeler, car l'Homme est mis au centre des préoccupations dans ce grand mouvement qu'on appelle l'Humanisme. C'est aussi la recherche du vrai et c'est pour ceci qu'on voit ce nez hideux alors que le regard du papi envers son petits fils est tendre. Une oeuvre saisissante.

ghirlandaio1.jpg

Peindre le vrai, peindre le laid

Et puis, il y a la partie XIXe siècle. Et là, c'est une opposition artistique qui se joue entre le néo clacissisme au service du pouvoir, un art très académique et le romantisme frondeur. L'oeuvre néoclassique la plus retentissante reste Le sacre de Napoléon truffée de mensonges et de propagande. Jacques Louis David a traversé la révolution pour en arriver là. Dans les peintres académiques, Ingres en tient aussi une bon bout. De l'autre côté, La liberté guidant le peuple s'affiche seins nus, poils sous les bras emmenant le peuple à bras le corps sur le chemin de la révolution de 1830, bien contente d'être revenue de son voyage à Lens où un idiot l'avait gribouillée. N'oublions pas les oeuvres orientalisantes de ce peintre géniallissime qu'est Delacroix. Ses portraits d'animaux sont exquis tandis que les massacres de Scio dénoncent avec véhémence l'empire ottoman et soutient clairement les Grecs dans leur indépendance. Soyez aussi terrassés devant Le radeau de la méduse pour qui Géricaut est allé croquer des dessins de cadavres pour rendre l'oeuvre encore plus réelle.

Quand Delacroix soutient les Grecs

Après tout ça, je me dis qu'un jour, il faudrait que je reparte très vite dans ce beau musée pour découvrir les richesses médiévales et antiques même s'il est impossible de passer à côté de La Victoire de Samothrace. Même sans tête, un esprit de grandeur plane sur elle, un peu à l'image de ce magnifique lieu.

P8020027

La Victoire de Samothrace déploit ses ailes