Dinant, magnifique écrin urbain dominé par sa citadelle en plein coeur des Ardennes belges, n'a pas été épargnée au XXe siècle par les guerre. La Première guerre mondiale tout d'abord, est un souvenir douloureux pour la ville. Les Allemands y ont pratiqué les actes on ne peut plus barbares: 1100 maisons furent incendiées tandis que 674 civils furent fusillés alors que cela n'avait aucun intérêt stratégique. Rester neutre pendant la guerre ne veut pas dire que nous sommes épargnés et Dinant l'aura compris une deuxième fois lorsque pendant la Seconde guerre mondiale, elle fut de nouveau incendiée et bombardée, les avions prenant le relais des chars. Cependant, la paix revenue, la querelle vint vite s'installer à cause d'un clocher.

P7110200

Le bulbe made in Dinant

La dispute du clocher

Ce clocher à la forme bulbeuse est né de la période où le roi Henri II s'est emparé de la ville. Encore une mise à sac. Les Français avaient à cette occasion détruit la flèche de la collégiale et au même moment, les Dinantais cherchaient à installer une horloge sur la tour du pont de la ville. N'étant pas assez stable, on abandonna l'idée et on préféra que celle-ci se situe sur la collégiale, ce qui était possible puisque la flèche n'existait plus. Après que l'évêque eut donné son accord, on érigea le fameux clocher pour y accueillir ensuite le cadran qui sonnerait les heures. C'est de cette période que la collégiale prit son allure si particulière. Sauf que celui-ci ne cesserait d'être tourmenté.

Ce pauvre clocher est sujet à tous les malheurs. En 1591, on sentait le manque de stabilité et il était déjà question de l'abattre. Les Dinantais ne purent jamais s'y résoudre. Tant pis, d'autres s'en chargèrent:

- 1791: le bulbe est touché par des tirs de canon entre les troupes autrichiennes et les "Patriotes Belgiques". Oh non, ils ont fait des trous dedans.

- 1831: la foudre. Résulat, le clocher brûle. Et déjà, la question est posée: faut-il le détruire? Les partisans du non aboient. Aucune décision ne peut être prise.

- 1876: pas de guerre cette fois mais un bon petit cyclone (et oui même en Belgique, les catastrophes naturelles peuvent arriver).

 

Jusqu'à maintenant, il tient néanmoins. Mais les deux guerres mondiales vont relancer la question épineuse quant à son maintien. En effet, les Allemands n'ont rien épargné et brûlent tout sur leur passage. La ville est presque détruite et le clocher en fumée vu de très loin symbolise le massacre de toute une ville. Il n'existe plus. Le symbole de la ville partie en fumée. Envolé sous les assauts de la guerre. On crie, on ne s'entend pas après la guerre. La dispute fait rage mais les partisans de la restauration finissent par obtenir gain de cause. La tour bulbeuse est reconstruite en 1926-1927. A l'époque, il y a un vrai affrontement entre anti et pro-bulbeux et c'est vraiment ainsi qu'ils se nomment même si le combat est déséquilibré: 2% d'anti bulbeux contre 98%. Sous cette pression, on ne pouvait qu'abdiquer. Mais le bulbe reste un de ses ouvrages maudits dont on ne connaît encore la suite. 

P7110237

Dinant, orpheline de son clocher