Avant d'être un musée, le Louvre a d'abord été un palais accueillant les premiers grands rois de notre histoire. Celui qui abrite la Joconde n'a plus grand chose à voir avec les projets de Philippe Auguste (1180 - 1223) de ce n'était qu'un ersatz de château fort. Un donjon entouré d'un fossé, ni plus ni moins. Bref, vous l'aurez compris: il servait plus à la protection qu'à la vie du monarque. Saint Louis, Philippe Le Bel opèrent quelques modifications: l'aménagement d'une grande salle, les archives royales y sont transférées ainsi que l'arsenal ... Charles V (1364 - 1380) ne change aucunement les dimensions de ce palais mais en change toute la symbolique: il s'agira désormais d'une résidence royale et la vieille forteresse se transforme comme par enchantement en résidence habitable. Il décide aussi d'y installer sa bibliothèque, la plus grande d'Europe, histoire de montrer qu'il est érudit. De nombreux invités se pressent au Louvre qui devient un pôle royal mais après sa mort, tout cela retombe comme un soufflé et notre musée national n'accueille plus d'hôtes pendant 150 ans.

 

Et là vient l'un de nos rois les plus séducteurs. Grand et fort, nous pensons souvent que François Ier (1515 - 1547) n'a juré que par la Loire et ses Chambord ou Chenonceau. Il décide de s'y installer et de transférer la mode italienne de la Renaissance dans la capitale. François Ier avait promis aux Parisiens qu'il y vivrait. N'y voyez pas là un geste de bonté mais François Ier a été retenu prisonnier par son grand rival Charles Quint qui le libère en 1528. Il a besoin d'argent et de celui des Parisiens, l'une des plus grandes ville d'Europe donc celle qu'on miroite lorsqu'on veut lever des taxes. Les origines médiévales sont peu à peu rasées comme le donjon qui obscurcissait la cour. Seulement, lorsque le roi meurt, les projets confiés à Lescot ne sont pas encore sortis de terre. Celui-ci sera confirmé dans ses fonctions par Henri II et Catherine de Médicis ainsi que Henri IV (1589 - 1610) poursuivront les travaux.

 

On a souvent parler du désamour de Louis XIV pour Paris, traumatisé dans sa jeunesse par la Fronde, pour l'opposer à son amour pour Versailles. Pourtant, la régente Anne d'Autriche, lorsque son rejeton ne pouvait pas encore gouverner, n'avait pas décidé de quitter Paris. Elle avait juste déménager des Tuileries au Louvre. D'ailleurs, Louis XIV a demandé à Le Vau les projets d'extension du Louvre qui poursuit la fermeture de la  cour carrée. Cependant, son installation à Versailles stoppe tous les travaux.

 

Finalement, c'est Napoléon III qui termine les projets et installe ses somptueux appartements flanqués de rouge sur les murs et où les plantes s'introduisent à l'intérieur. 

 

Ceci n'est qu'un historique de ce fabuleux palais classique sur lequel on pourrait gloser des heures rien que sur sa construction. C'est le reflet de l'histoire de France ou plutôt de son histoire royale, du rapport de la royauté avec Paris, tantôt l'ennemie intérieur, tantôt l'alliée nécessaire. Se pencher sur le Louvre, c'est essayer tant bien que mal d'étudier les rapports entre les Français et leur histoire.