Sur ce blog, je dorlote beaucoup les espaces même si j'ai toujours la rubrique "Out" pour les villes, pays et régions du mois. Mais comme je suis mauvais dans l'âme, j'aime critiquer mais les critiques seront toujours justes. Je serai comme un vengeur masqué contre toutes les arnaques touristiques ou les situations inacceptables. Ca va défoncer du gen, je vous le dis.

 

Cible du coup de mâchoire: Les bateaux de croisières

Coup de Trafalgar subi: Destruction des paysages, des ressources locales et un mode de tourisme discutable

 

Une tête dépasse la basilique Saint Marc à Venise quand le corps d'un autre m'empêche d'apprécier la vue des Bouches de Kotor sans oublier qu'ils ont tendance à faire un sacré boucan pour rappeler leurs ouailles. Ces monstres ont pour nom: Costa Croisière, MSC et j'en passe. J'ai été confronté 2 fois à ce type de désagrément, une fois à Palma de Majorque et une autre fois à Kotor. Par ces deux exemples, j'aimerais prouver à quel point ces bateaux sont des plaies du tourisme.

jpg015422

jpg023052

C'est à Palma de Majorque donc que j'en ai vu pour la première fois. Cétait au loin, à l'écart de la plage que je voyais cette immense créature se promenait sur la mer puis se garait. Et sans attendre, un flot de touristes fut déversé en plein hiver sur Palma. Là où je m'en suis aperçu, ce fut quand je visitai la cathédrale gothique. Ils étaient tous là aglutinés sur les chaises à à peine écouter leur guide qui pourtant expliquait de façon intéressante l'histoire du lieu. Nous en profitâmes certes mais lorsque nous voulûmes acheter des cartes postales, certains de ces affreux personnages ont essayé de nous dépasser harguant: "On est avec Costa Croisières, on doit passer avant sinon le bateau va partir". Nous n'avons bien sûr pas céder et pris d'ailleurs notre temps histoire de les faire enrager mais c'est là où je me suis fait la réflexion suivante: quel plaisir a-t-on a faire ce genre de croisière? Franchement, du moment où ils avaient accosté à Palma et le moment où ils sont repartis, il ne s'est pas écoulé plus de 4 heures. Voilà comment ils perçoivent le tourisme: cocher des villes sur une liste, prendre quelques photos et dire ensuite qu'on a visité Venise, Barcelone, Dubrovnik, Palma ou autres. Toujours vivre dans le stress que le bateau ne nous abandonne et d'ailleurs, une paire des touristes font le choix de rester à l'intérieur pour mieux profiter de la piscine. Assurément, ça ne m'attire pas et on pourra m'argumenter le fait que c'est avant tout pour se détendre, je trouve ça navrant de faire des kilomètres pour consommer que ce soit sur le bateau ou les lieux que l'on visite. Car ce n'est pas en 4 heures qu'on prend le pouls de la ville.

jpg026145

Deuxième expérience: Kotor. Là encore, on repère tout de suite les touristes qui s'amoncellent autout du panneau du guide pour ne pas être perdus. Mais voilà, ce qui est dommage, c'est que des lieux qui avaient été préservés du tourisme de croisière s'y retrouvent piégés. Dubrovnik depuis quelques années tandis que les bouches de Kotor dans le Montenegro sont de plus en plus traversées. Alors, évidemment, nous avions trouvé la parade. Nous décidâmes de grimper les murailles de Kotot, là où ne s'aventurait aucun touriste de la croisière qui avait trop peur de s'éloigner du bateau. Nous étions donc seuls au monde au sommet de Kotor mais les bruits du bateau qui rappelait ses chers bambins étaient assourdissants, désagréables dans un lieu qui respire la quiétude. D'ailleurs, ils ne sont pas restés plus de 3 heures sur la terre ferme et sont vite repartis. Mais les bruits n'avaient pas été le seul désagrément que nous avons subi. En effet, nous avions réservé un super restaurant au bord des bouches de Kotor et la vue devait être magnifique. D'ailleurs, c'était un des atouts chocs de l'établissement. Mais nous n'avons absolument rien vu, le gros bateau nous barrant la vue du fjord à l'horizon. Oui car les acteurs locaux ne font pas que bénéficier de ce genre de tourisme. Heureusement, le restaurant était délicieux et nous sommes revenus deux jours plus tard. Et quand j'ai vu le bateau partir, je me demandais comment il pouvait traverser les bouches tellement la profondeur est faible et que ce genre de bateau a de grands tirants d'eau. A coup sûr, la faune et la flore doivent en pâtir et se détruisent même. Rappelons que les moules de Kotor sont une économie vitale pour les pêcheurs de la région.

 

Malheureusement, le nombre de touristes ne cesse d'augmenter dans le monde (ce n'est pas cela qui est malheureux) et le voyage de croisière ne cesse d'augmenter, se concentrant surtout en Méditerranée et dans les Caraïbes, fragilisant un peu plus nos espaces maritimes bien trop souvent maltraités. On attend 30 millions de croisiéristes en 2025 et avec l'enrichissement des populations asiatiques, de nouveaux bassins de croisière pourraient apparaître même si pour l'instant, les habitants du continent le plus peuplé n'ont pas été encore complètement séduit. Alors, certes, ces bateaux donnent du travail dans les services mais aussi dans les chantiers navals. C'est à Saint Nazaire que MSC Croisières fait construire ces géants des mers. 1 000 membres d'équipage accueillent 2500 passagers. Ce n'est donc par rien de parler d'une petite ville. D'autant que MSC a commandé 4 nouveaux navires d'une capacité de ... 5300 passagers. Vous allez apprécier arriver au même moment qu'eux lors de vos voyages. Mais les villes doivent faire attention. On pense toujours à Venise et à juste titre. Cette cité qui est construire sur pilotis pourrait très bien s'effondrer si on ne fait rien. 700 paquebots et 2 millions de croisièristes s'y rendent chaque année donc vous en verrez lors de votre séjour, n'ayez crainte ou plutôt le contraire. La belle italienne a décidé de limiter progressivement le passage des navires et de créer un autre port plus au sud pour détourner les navires. Elle a même failli être déclassée par l'UNESCO. Peut être que certains trouveront que mon article est plein de pédanterie et que je ferais mieux de la fermer mais je m'insurgerai encore longtemps contre ce mode de tourisme car il est temps que nous soyons un peu responsables si nous voulons encore voyager.