Nos Anciens ont eu des privilèges que nous n'aurons jamais. Même si le tourisme s'est démocratisé, qu'on voyage plus et qu'on visite plus que nos parents et nos grands parents, il y a des choses qui nous sont à jamais inaccessibles: des oeuvres qui pour maintes raisons se sont évaporées dans l'espace temporel. Ces oeuvres, je les exhume le temps d'un article afin de vous mettre dans la peau d'un ancien voyageur, celui qu'on envie mais contre qui on ne peut rien faire car aujourd'hui il n'est que poussière ... comme ces monuments. De la construction à la destruction, je vous raconte tout.

 

Le disparu

LA TOUR DHARAHARA

 

CDbJ1PHW0AAwv2Y

Un emblême pour les habitants de Katmandou

 

Pour qui?

Ce n'est que très récemment que le Népal est devenu une république, seulement en 2008. Avant cela, les rois régnaient en maîtres depuis Katmandou. Seulement, depuis 2006, suite à des troubles intérieurs, le dernier d'entre eux Gyanendra Bir Bikram n'avait déjà plus de pouvoirs. Tout cela pour dire que la tour qui a ému les télespectateurs du monde entier en avril 2015 avait été construite en 1825 par le Premier ministre de l'époque, Bhimsen Tapa (la tour se nomme aussi la tour Bhimsen) au nom de la souveraine Tripura Sundari Devi.

Pourquoi était-elle si exceptionnelle?

Elle est caractéristique du style moghol indien qui a innondé le Népal, une architecture découlant de la religion musulmane. C'est pourquoi cette tour a pris la forme d'un minaret, dans une ville où on prie Shiva pourtant. Mais elle avait une fonction utilitaire pour les habitants de Katmandou puisqu'elle faisait office de beffroi. De là, le peuple était au courant des décisions prises par le gouvernement, s'il devait prendre les armes quand sonnait l'alerte militaire mais aussi l'appel plus réjouissant des festivités. Ces rassemblements se faisaient au son du bugle, une sorte de trompette. De plus, hormis le balcon de 1936, l'acier est totalement absent du processus de fabrication qui ne s'est orienté que vers des matériaux de construction népalais. Depuis 2005, l'accès à ce monument exceptionnel était ouvert aux touristes qui se pressaient en masse pour grimper ses 213 marches intérieures.

Pourquoi a-t-elle disparu?

Vous êtiez tout comme moi effarés devant vos téléviseurs des atrocités que pouvaient faire subir la nature aux Hommes, d'autant plus envers un peuple ne croulant pas sous les richesses. C'est donc un tremblement de terre qui a eu raison du site cette année, n'étant plus qu'un amas de débris et ce ne fut malheureusement pas les seuls éléments du patrimoine qui ont péri lors de cette journée. N'occultons pas les milliers de victimes car la vie des Hommes est toujours plus précieuse que ce qu'ils ont construit mais voir son passé être balayé en l'espace de quelques secondes reste une épreuve traumatisante. D'autant que la tour avait déjà été détruite par un autre tremblement de terre en 1934 mais rapidement reconstruite 2 ans plus tard. Cependant, elle n'atteignait pas la hauteur de l'édifice original. Le Népal pourrait très bien décidé de l'élever une troisième fois mais le pays a d'autres préoccupations pour le moment.

La nature est parfois sans pitié