Qui n'a jamais été confronté dans sa vie de baroudeur aérien à des problèmes de vol, entre annulations et retards? Les médias aiment d'ailleurs relayer ces images où les caméras interviewent les touristes épuisés, serrés en rangs de sardine dans les aéroports. Le plus médiatique date du 7 mai 2010 avec l'éruption du volcan islandais Eyjafjöll (la langue de Bjork est aussi lisible que des hiéroglyphes pour moi) qui a provoqué un nuage de cendres et a empêché des milliers de touristes de sortir d'Europe ou de regagner leurs terres. J'en ai été moi même victime, coincé à Stockholm sur une péniche avec 2 belges voyeuses (cette histoire est censée vous mettre en appétit pour un prochain numéro des petites anecdotes). Dans ces cas là, les compagnies aériennes ont les dents longues avec des procédures pas toujours très saines à l'encontre de leurs clients. Pour déméler vos différends avec ces multinationales et pour que justice vous soit rendue, j'ai la solution. Ce n'est pas de la poudre de perlimpinpin, ça s'appelle Skymediator.

Skymediator

1) Une situation problématique pour les touristes

Vous ne connaissez pas Skymediator? Trop cool, j'ai l'impression que je vais lancer une tendance un peu comme les Lagarfeld ou Gaultier de par leur style inimitable. Moi, ma tendance est procédurière. Certes, c'est la crise et les grandes compagnies de vol international sont touchées de plein fouet, sans oublier la concurrence féroce livrée par le low cost qui amène Air France a mené des restructurations. Encore que, ce n'est pas la crise pour Ryanair qui en rognant sur les coûts voit son chiffre d'affaires faire des bonds d'année en année. 4,3 milliards d'euros en 2011- 2012 pour un peu plus de 500 millions de bénéfices la même année. Pour aller plus loin dans les économies, les pensées folles du créateur l'ont poussé à imaginer des vols debouts sans sièges un peu comme dans les bus ou la taxation des toilettes. Pour le moment, la ligne n'a pas été franchie mais les kilos en trop dans vos bagages sont surtaxés non sans une pointe de satisfaction de la part des emlployés. Vous n'en sortirez pas indemne en cas de litige. Certes, la réglementation européeenne sur les indemnisations s'est voulue stricte mais difficilement applicable face à ces murs d'argent. C'est pourquoi je déterre la hache de guerre et enfile ma cape de super héros sauveur de touristes baffoués. 

2) Mon arme: Skymediator

Un super héros a toujours ses propres atouts. La batmobile pour Batman, le bouclier pour Captain America ... Moi, je vis à l'ère du temps et surfe sur la vague. Mon arme: un site internet: Skymediator. Ce site a pour but de prendre en charge toutes les réclamations de passagers qui lui sont adressées. C'est un nouveau site simple et rapide qui obtient gain de cause dans 4 cas sur 5. Il peut vous obtenir un remboursement jusqu'à 600 euros en cas d'annulation, retard ou surbooking. En effet, il faut prendre en compte les frais d'hôtel, de nourriture qui sont les conséquences directes de ces problèmes. Mais ce site a un avantage imparable: il est gratuit. Vous ne devez avancer en aucun cas des frais d'honoraires et vous ne paierez aucun avocat. De plus, c'est une compagnie assez efficace et rapide qui agit à l'international. Votre formulaire se remplit en 5 minutes et ils s'occupent de tout.

3) La contrepartie

Evidemment, tout n'est pas bonté d'âme sur notre chère planète et vous vous êtes sans doute posés la même question que moi: "comment cette compagnie peut-elle se faire du fric?". N'y voyez aucune entourloupe. Bien sur qu'elle y gagne mais sans vous rouler car les conditions sont posées au préalable. Si Skymediator obtient gain de cause pour votre litige, elle percevra 25% de l'indemnisation, les 75% restants vous reviennent. J'espère que les touristes qui cherchent à tout prix une solution à ce genre de problèmes retomberont sur cet article qui sur le coup porte bien son nom de bon plan.

 

Pour finir: le lien: https://fr.skymediator.com/?tracking_aff_id=121

PS: Petit point sur les conditions d'éligibilité des dossiers:

Tout retard d'au moins 3 heures à l'arrivée, toute annulation, ou tout refus d'embarquement pour surbooking, pour les vols :

  • Au départ de l'UE (28 pays +Suisse, Islande et Norvège) sur toutes les compagnies aériennes
  • A l'arrivée , en UE (28+Suisse, Islande et Norvège), cette fois seulement avec les compagnies européennes