La Tour Eiffel, Big Ben, le Taj Mahal ..., des lieux qu'on ne présente plus tant leur renommée est indétronâble. Parmi ces titans de l'architecture, un site archéologique aujourd'hui enfumé par une certaine pollution renferme l'âme de la plus grande des civilisations méditerranéennes: le Colisée. La preuve que ce colosse de pierre vous ébahit, c'est que je suis certain que vous l'attendiez en numéro 1 de ce top. Pourtant, il rate comme les gladiateurs qui ont un genou par terre le podium. Retour sur cette course haletante où les sites romains deviennent des combattants héroïques.

Les gallodromes ne sont qu'un poulailler de brailleurs, les rings de catch et de boxe thai ne sont que du sport spectacle bien minime face aux terribles combats des gladiateurs. Le Colisée est un film d'horreur apprécié, un "Saw" sans caméra où les supporters bavent devant ce défilé de la mort. Plus il y a de sang, mieux c'est et plus la légende est entretenue. Avant d'en révéler un peu plus mais pas trop sur l'organisation de ces jeux pour adultes pas consentants, une petite explication sur le lieu en lui-même.

Le Colisée a été fondé assez tard si on le compare à d'autres monuments phares de la ville. Certes, les thermes de Caracalla sont beaucoup plus lointains dans le temps mais contrairement au Forum romain, au Palatin par exemple, il ne date pas de la République mais de l'empire et pas du premier empereur Auguste. L'empereur était là pour fournir du pain et des jeux à en croire le talentueux historien de l'Antiquité Paul Veyne. C'est Vespasien qui en 72 après JC décide de construire sur l'ancien lac du domaine de Néron ce qui devient le plus grand amphithéâtre que la Terre ait connu. Colisée, on ne sait pas trop pourquoi il fut affublé de ce nom. Certains historiens avancent que c'est à cause de la statue colossale de Néron, appelée Colosseum qui tenait debout non loin de là. Une autre thèse avance que c'est à cause de ses dimensions colossales: 527 mètres de circonférence pour 57 mètres de hauteur. Le Colisée, à l'instar de ce spectacle, se voulait carément démesuré.

Quand vous entrerez à l'intérieur de cet amphithéâtre, vous n'y verrez qu'un tas de ruines dont vous ne comprendrez peut-être pas tout les tenants et les aboutissants. D'ailleurs, d'autres amphithéâtres comme Arles ou en Tunisie sont mieux conservés. Mais Rome reste Rome, éternellement. Je vais quand même tenter de vous fournir des explications rapides (un article dans le futur sera entièrement consacré aux gladiateurs). Avant d'imaginer le coeur battant des gladiateurs qui allaient combattre et peut être rendre leur dernier souffle, imaginez l'extérieur. De nos jours, les micros des télévisions se tendent vers les fans de Muse, U2, Madonna ou encore Rihanna qui attendent la veille au soir dormant devant le stade pour pouvoir être placés au mieux. Et bien au Colisée, c'était pareil. A l'instar de ces fans du monde entier, on venait de loin, des cités environnantes. Tout le monde y était cordialement invité mais bien sur les notables avaient une place de choix dans les gradins. Plus vous étiez pauvres, plus vous étiez relégués au haut de cet amphithéâtre. Les places étaient d'ailleurs numérotées dans certains cas et vu le succès des jeux devenaient payantes, du moins pour les meilleurs d'entre elles. Les combats de gladiateurs n'étaient à rater pour rien au monde d'autant qu'ils étaient rares contrairement à l'idée reçue. Ils se tenaient une fois par an, voire moins, donc bien moins fréquents que les courses de char.

Ce qui vous intéresse le plus, c'est surtout les bains de sang et je n'emploie aucunement l'hyperbole si je vous dit qu'il coule à flots. Outre les combats de gladiateurs, les combats aux prises avec les bêtes féroces et les jeux du cirque se jouaient ici-même. Des combats plus parodiques et de styles comiques comme les nains (Mimi Mathy vs Passe Partout) ou les femmes apportaient une certaine légéreté de temps à autre. Et il y a l'épique, les naumachies qui sont la reconstitution de batailles navales tout aussi sanguinaires que les combats au sol. Pour l'organisation de celles-ci, on remplissait le Colisée d'eau. Le Colisée fut finalement terminé en 80 et c'est Titus, le fils de Vespasien qui y organise les premiers jeux qui exceptionnellement durèrent 100 jours, sachant que cela dure de l'aube à la tombée de la nuit. En 249, la cité fête ses 1000 ans et c'est l'occasion d'accueillir au Colisée 1000 couples de gladiateurs ainsi que 32 éléphants, une dizaine de tigres, plus de 50 lions ... envoyés par les provinces de l'empire qui y périrent.

Puis vint le temps des Chrétiens qui mit fin à ces jeux. Pourtant, le Colisée resta immubale même si pillé à la Renaissance qui fut l'occasion de redécouvrir l'Antiquité. Le lieu est toujours aussi saisissant mais gâché par certaines couches de crasse car une voie très empruntée le talonne. C'est un lieu qui reste fascinant et je vous laisse le soin de trembler de peur en écoutant toutes ses légendes.