Un jour, un film est devenu culte et a partcipé à confiner les miens dans une image de "babache" un peu lourdingue. Enorme carton au cinéma, Bienvenue chez les ch'tis, même s'il aura brossé un portrait des gens du Pas de Calais tendant vers le niais néanmoins sympathique, n'aura pas été totalement inutile puisqu'il aura eu le mérite de présenter un terrau culturel de ma région: la baraque à frites.

baraqueaubasmat.jpg

 

C'est donc la friterie Momo qui fut mise en avant et qui régulièrement fait ses apparitions lors des grands événements lillois. Mais rendons quand même aux Belges ce qui est aux Belges: la frite et la baraque leur reviennent de droit. Le monde entier sauf Belges et Français pensent encore que la frite a des origines françaises. Que nenni, elle est belge mais quelques soldats américains venus défendre les Alliés lors de la Seconde guerre mondiale ont goûté les frites qu'ils ont nommées french fries parce qu'ils pensaient être en France, or ils étaient dans la partie francophone de la Belgique. Disons que les Américains et la géographie en dehors de leur territoire, ça a toujours fait 1000. 

 

Le principe de la baraque à frites est simple. Vous commandez une grosse portion de frites qu'on vous place dans des cornets accompagnés d'une sauce bien grasse de votre choix (mayonnaise, ketchup, andalouse, hannibal ...) mais aussi de diverses viandes: des saucisses, du mexicanos, de la fricadelle (saucisse dans laquelle on ne sait pas ce qu'il y a dedans)... On vous proposera aussi l'américain où viande et frites se serrent dans un même pain. Antidiététique à souhait, la baraque à frites reste néanmoins un moment très convivial où les gens du Nord et les Belges aiment se retrouver du vendredi soir au dimanche. Une pratique qui permet aux gens d'un même village et d'une même ville d'échanger mais aussi une bonne excuse pour se retrouver en famille.

 

Où trouver les bonnes baraques à frites dans le Nord Pas de Calais? Elles sont vraiment une institution partout même si elles font moins partie du paysage dans la métropole lilloise, encore qu'elles n'en sont pas absentes. De la ville au village, des terres agricoles de l'Avesnois au littoral touristique, les baraques à frites ont poussé sur tout le territoire nordiste et les bourgeons ont largement germés et sont solides. Même dans Lille où la mayonnaise prend un peu moins, on peut noter une baraque à frites à l'entrée de la citadelle et près du Zénith. Pour moi, elles sont meilleures dans les petites villes et dans les villages. C'est même un plaisir lorsqu'on rentre de la plage de Berck, du Touquet ou de Calais de s'arrêter prendre une frite et la mâcher dans sa voiture. Celles du littoral sont aussi souvent très bonnes. Un petit plus néanmoins pour l'Artois et en particulier celles très lucratives du Sensas' postées au stade du RC Lens où les supporters ne manquent pas d'y prendre rendez vous pendant la mi-temps ou après le match. Bref, la baraque à frites est un peu au Nord ce que le kebab est aux Turcs.