La deuxième ville la plus peuplée d'Allemagne ne se trouve pas sur la liste à faire du voyageur une fois dans sa vie. Presque entièrement détruite après la guerre, la ville a perdu une grande richesse de son patrimoine. En effet, elle a vécu en 1943 le bombardement anglo-américain dans le cadre de l'opération Overlord car c'est là que se trouvaient les grands chantiers navals et de grandes usines. Mais contrairement à Berlin, elle aussi en grande partie détruite, pas de mur pour faire venir les touristes puisqu'elle était en plein coeur de l'ancienne RFA. Pourtant, les projecteurs se braquent petit à petit sur cette immense bourgade allemande. Occasion manquée avec les JO 2024 où après un référendum, 51% des habitants ont dit non en 2015, la même année, la Speicherstadt entrait au patrimoine de l'UNESCO et depuis cette année, l'Elbphilarmonie entend bien devenir le nouveau symbole de la ville.

 

P7070340

 

 

P7050004

Hambourg à mon avis mérite 2 bonnes journées, pas forcément plus. Ce qui m'a étonné, c'est que parfois, j'avais l'impression de me retrouver dans une ville néerlandaise (plutôt Rotterdam qu'Amsterdam) en terme d'architecture. On ose la modernité sans complexe. De toute manière, il faut retrouver une identité patrimoniale et ça se sent. 

P7060055

De là à dire que la ville n'a plus aucune identité, ce serait se méprendre. C'est d'abord un grand port de la Northern range en concurrence avec Anvers et Rotterdam et vous aurez l'occasion de faire un tout de bateau pour approcher les conteneurs tirés par des grues. Les géants des mers à l'arrêt gardent l'entrée de ce monde qui nous est en réalité inconnu. Sur l'Elbe, à 100 kilomètres de la mer du Nord, ils entrent et repartent pour déverser tout ce qu'ils ont dans leur corps et leurs marchandises inonderont très prochainement nos magasins. Cette identité portuaire a encore un patrimoine marqué et l'UNESCO l'a bien compris en classant le site de Speicherstadt 2 jours avant que je visite la ville. C'est le site de l'ancien port qui aujourd'hui est traversé par les croisières urbaines. C'est un lieu que j'affectionne véritablement où d'anciens entrepôts sont bordés par une série de 6 canaux. Le patrimoine industriel est assez reconnu en Allemagne (la Ruhr en est l'incarnation dans le pays) alors qu'il nous fait parfois honte en France. J'ai toujours aimé l'architecture faite de briques et la Speicherstadt m'a servi. Aujourd'hui, ces entrepôts abritent des boutiques d'artisans notamment des Iraniens vendant leurs tapis magnifiques quoique peu abordable.

P7050009

En 2017, Hambourg est fière comme un coq. Elle a SON bâtiment comme Sydney a son opéra ou Dubai sa Burj Khalifa. Certes, l'Elbphilarmonie ne rivalise pas avec ses deux trésors d'architecture mais elle redonne un attrait notable à la cité portuaire. C'est justement à la lisière du port qu'Hambourg a décidé de l'abriter. Lors de mon passage, elle était toujours en chantier et ne fut achevée qu'en 2017 avec pas mal de retard sur les prévisions. Côté inspiration, elle les puise dans son propre pays, c'est-à-dire sur les philarmonie ou site olympique de ses grandes soeurs, Berlin et Munich. A sa place, il y avait autrefois un bâtiment de briques qui sert aujourd'hui de socle à la salle de concert. C'est le projet des paradoxes: un bâtiment blanc posé sur un socle rouge, une base carrée qui soutient un bâtiment ondulant. L'intérieur avec ses gradins en vignobles permet de dégager une acoustique extraordinaire pour réentendre les vieux classiques mais aussi des pointures du jazz et même des séances de films mythiques. A l'image de son architecture, la salle s'affranchit de certains codes et de la rigueur allemande. Hambourg devient donc un modèle en matière d'urbanisme depuis quelques années, l'occasion de la croquer avant tout le monde.