C'est la merveille d'Istanbul. C'est même la merveille de deux civilisations. Plutôt que d'opposer Chrétiens et Musulmans, ce lieu réunit l'art byzantin et ottoman, la deuxième civilisation tentant toujours de surpasser ce qu'avait fait la première. Même si certains membres de l'élite turque voudrait qu'elle redevienne une mosquée, la basilique Sainte Sophie est un musée et un lieu incontournable d'Istanbul.

 

P8230594

 

 

P8230617

COTE BYZANTIN -> Il existait une église antérieure à Sainte Sophie mais celle-ci fut détruite. C'est l'empereur byzantin, Justinien, obsédé par la reconstruction de l'empire romain qui décida de la faire renaître de ses cendres en 532. Ainsi allait naître Haghia Sofia, j'emploie ici le grec car c'est la langue de l'empire. Il voulait ni plus ni moins rivaliser avec Rome et en faire d'ailleurs la Nouvelle Rome. C'était d'ailleurs dans cet esprit que Constantin 2 siècles plus tôt avait édifié Constantinople. La figure de Justinien se retrouve sur une mosaïque à l'entrée de la basilique, magnifique symbole de son règne qu'il veut dans la continuité de Constantin car on voit sur celle-ci les deux empereurs, le fondateur offrant Constantinople à Marie tandis que Justinien lui offrait l'église. Pourquoi est-elle si exceptionnelle au juste? La première chose qui vous fascinera, ce seront ses marbres qui sont issus de tout l'empire byzantin et comme cet empire est immense, la diversité est de mise. On n'hésita d'ailleurs pas à cette occasion à piller les sites d'Athènes ou de Delphes. Ensuite, lorsque vous serez à l'étage, vous resterez bouche bée devant les magnifiques mosaïques d'or, notamment celle où Jésus vous fixe d'un regard puissant. Pourtant, ce n'est rien par rapport aux ors d'autrefois car la basilique scintillait de mille feux et même si les Ottomans ont badigeonné une partie des mosaïques car l'islam ne tolère pas la représentation d'êtres humains, ils ne sont pas les seuls à avoir brisé l'or. Durant la période iconoclaste byzantine (pour en savoir plus, lire l'article sur les églises de Cappadoce) qui refusait également la représentation d'êtres humains, de nombreuses mosaïques ont été mises à mal. Voilà pour la déco, place à l'architecture et c'est là que la basilique Sainte Sophie atteint des sommets. Elle innove sur le plan. Alors que les plans de basiliques chrétiennes s'opèrent sur la longueur, suivant la tradition des temples grecs et romains, les architectes Isidore de Milet et Anthémios de Tralles choisirent un plan centré avec la coupole qui fait aujourd'hui la renommée du lieu même si on n'abandonne pas complètement le plan basilical. La sphère était censée représentée le ciel et le royaume de Dieu. Mais il y a aussi une idée pratique derrière car en effet, le rite oriental qui s'oppose au rite occidental voulait que les fidèles et les officiants soient rassemblés. Celle-ci s'écroula d'abord en 558 à cause d'un violent séisme mais sa reconstruction fut imminente.

 

P8230586

COTE OTTOMAN -> Il est vrai que les Byzantins ont fait la majeure partie du boulot mais cette basilique Sainte Sophie obsède tout l'art ottoman, en particulier l'architecte Sinan qui opéra sous le règne de Soliman le Magnigique. Il n'y a qu'à voir la mosquée de Soliman qui s'en inspire grandement tout en restant ottomane (vous pouvez cliquer ici pour en savoir plus sur ce lieu). Quoi faire de Sainte Sophie quand Mehmet II s'empara de la ville? Elle était un tel joyau qu'il aurait été absurde de la détruire et il l'eut bien compris. Comme d'autres églises, elle fut convertie en mosquée même si bien de lieux de cultes restèrent chrétiens dans la ville pour ne pas faire fuir une population en déshérence après la conquête. Les mosaïques en prennent un coup comme je l'ai déjà dit mais un apport non négligeable va renforcer l'identité d'Aya sofia (en turc). Ce sont ces 4 tours, des minarets d'où le muezzin appellent à la prière. Alors que dans bien d'autres mosquées du monde, on se contente d'un seul, les mosquées ottomanes se distinguent par le fait que plusieurs entourent le lieu de culte. Il y en a d'ailleurs 6 autour de la mosquée bleue juste en face. Cependant, il ne faut pas croire qu'elle a été flanquée de 4 minarets tout de suite. Un sous Mehmed II et les 3 autres apparaissent au fil des règnes. En 1935, Atatürk a eu la bonne idée d'en faire un musée, ce qui nous permet dans une atmosphère de luxe entre colonnes de l'Antiquité grecque et romaines, mosaïques byzantine et panneaux à la calligraphie musulmane.