Dans le quartier de Sultanahmet, c'est-à-dire le même que celui de la basilique Sainte Sophie, le palais englouti et la mosquée bleue, vous pouvez cocher le palais de Topkapi comme l'un des incontournables.

P8210451

 

 

P8210425

Bâti en 1465 et achevé en 1478, soit seulement 25 ans après la chute de Constantinople ou plutôt sa prise par les Ottomans, on comprend bien que Mehmet II n'avait nullement l'intention de laisser une ville en ruines. Istanbul allait d'ailleurs bientôt devenir la nouvelle capitale du régime impérial. Mais si les Ottomans font de Sainte Sophie une mosquée, ils ne décident pas d'aller vivre dans le palais des Byzantins sur la 3e colline qu'ils appellent l'ancien palais. C'est pour cette raison qu'à cette époque, le palais de Topkapi est généralement nommé le nouveau palais, s'opposant donc à son prédecesseur et à l'empire précédent. Topkapi signifie la porte du Canon en turc car il est à l'emplacement de l'ancienne porte maritime fortifiée. Plusieurs incendies graves auraient pu y mettre fin en 1574, 1665 et 1862 et bien que les bâtiments primitifs soient en majeure partie détruits (vous n'avez donc pas le palais de Soliman le Magnifique sous vos yeux), le plan originel a été conservé. Très rapidement, les Européens furent fascinés par cette oeuvre architecturale et le rapportèrent. Les Ottomans usaient ainsi de leur "soft power". Vu du ciel, Topkapi prouve encore une fois la fascination de la cité pour les coupoles car bien que plus petites que celles de leur mosquée, une série de toits arrondis se succèdent. On y entrait par 3 portes et vous serez saisi vous même par l'entrée.

 

P8210454

Ce palais est immense avec de nombreuses cours et de nombreux quartiers. Certes, la famille impériale y vivait ainsi que toutes les femmes parquées dans le harem mais aussi des oulémas (professionnels de la foi) et des intendants comme le shehremini (préfet de la ville) qui s'occupait de la construction, de l'entretien et des réparations des bâtiments de la capitale mais aussi les salaires et les dépenses de la maison impériale que ce soit l'approvisionnement et l'intendance. Il y avait aussi les janissaires qui sont des militaires, anciens esclaves d'origine chrétienne et qui composaient l'élite militaire de l'empire. De plus, les ambassadeurs faisaient des va et vient car la diplomatie turque était rondement menée. Faut-il rappeler que par exemple François Ier avait mené une alliance avec Soliman le Magnifique.

 

 

P8210431

Une fois passé la porte, le touriste a bien du mal à savoir s'orienter et à choisir ce par quoi commencer. J'avais personnellement, par hasard, décidé de me rendre dans la deuxième cour et de commencer la visite par les grandes cuisines du palais. Ca peut paraître barbant comme ça mais les collections sont magnifiques et montre à quel point les Ottomans composaient une civilisation raffinée. Ainsi, on sera impressionné par les grandes théières mais aussi par les porcelaines chinoises. Il y a même de la porcelaine de Sèvres. Istanbul profite encore une fois de son statut de carrefour commercial pour s'approvisionner dans toutes les cultures même si très peu de Stambouliotes devaient s'ennorgueillir de posséder des porcelaines venant du Levant. Dans cette cour, vous pourrez également aller dans l'un des lieux les plus emblématiques mais qui ne semblent pas intéresser les touristes: le Divan où se tenait une fois par moi le Conseil impérial auquel l'empereur n'assistait pas toujours directement. Vous remarquerez une fenêtre grillagée en haut du mur: c'était un système pour l'empereur d'espionner ses conseillers au cas où ils comploteraient. La méfiance est de mise.

 

P8210443

Mais ce qui intéresse les touristes avant tout, c'est le harem car ils viennent y chercher des histoires graveleuses. Ils risquent d'ailleurs d'être déçu car c'est loin d'être le lieu de débauche de l'image d'Epinal. Soit, le sultan pratiquait la polygamie mais avait aussi des concubines qui pouvaient avoir la chance (c'est comme ça qu'elles le vivaient) de passer la nuit avec le sultan. L'une réussit même à mettre en émoi le coeur de Soliman le Magnifique. Le personnage de Roxelane est resté à jamais gravé dans l'histoire turque. Elle est d'ailleurs au centre de la série "Soliman" qui cartonne en Turquie. Ces filles étaient belles, vierges et esclaves chrétiennes. Le harem était interdit aux hommes et surveillés par des eunuques noirs venus d'Egypte qui avaient la particularité d'être émasculés. Aucun risque de désir. Mais c'était une société hiérarchisée et qui devait mener une discipline et elles étaient prêtes au moindre coup bas pour arriver dans le lit du sultan. Ne pensez pas qu'elles y sont toutes passées. La consécration ultime était d'enfanter et ainsi d'être la mère de l'héritier appelé la valide ou sultane mère. Vous serez frappé de la beauté des matériaux que ce soit les céramiques d'Iznik ou le marbre.

Dans la troisième cour, il y a une longue longue file, du moins l'été. En effet s'y trouve le trésor de Topkapi. Je n'ai donc pas pu m'y rendre car il me restait peu de temps. Je voyais beaucoup plus les Arabes que les Européens y entrer. J'ai compris quand j'ai su ce qu'il y renfermait. Si les rois chrétiens se battaient pour des reliques de Jésus, de Marie ou des saints, les Ottomans faisaient de même et la salle des reliques renferme des morceaux de corps ou des objets en lien avec Mahomet: une dent, des poils de barbe, une empreinte de ses pieds ou son manteau, rapporté par Selim Ier d'Egypte, le fils de Soliman le Magnifique. 

 

P8210456

Enfin ne manquez pas d'aller dans la quatrième cour où vous verrez de belles maisons ottomanes ou des bâtiments commémorant des victoires. Mais cette cour a aussi l'avantage de sa terrasse avec une magnifique vue sur le Bosphore. Ainsi, le palais de Topkapi a été celui des sultans ottomans jusqu'au XIXe siècle avant que ceux-ci ne l'abandonnent pour le palais de Dolmabahce de l'autre côté de la rive à Beyoglu. Le Nouveau Palais prit ainsi le nom d'Ancien palais.

BON A SAVOIR:

- Une journée n'est pas de trop à consacrer à ce superbe lieu. Une après-midi seulement risque de provoquer quelques frustrations. Allez y tôt pour éviter la foule qui peut vraiment donner un goût désagréable à votre visite. Commencez par le trésor de Topkapi car énormément de touristes s'y concentrent.

- On regrette le manque d'annotations pour les lieux. Renseignez vous bien avant sur l'histoire car vous n'apprendrez pas grand chose sur place. Cependant, vous trouverez le palais magique.

- En ce qui concerne les horaires, le palais est ouvert de 9h00 à 16h45 du 30 octobre au 15 avril. A partir du 15 avril, il ouvre à la même heure mais ferme à 18h45. Il est fermé les jours fériés turcs.

- L'entrée du musée est de 40 TL (11,5 euros environ) et vous devez ajouter 25 TL pour l'entrée au harem (7 euros environ)