La Slovaquie a beau ne pas être un grand pays, son patrimoine est pourtant bien riche. Bien sûr, on vous vendra ses châteaux et ses magnifiques chemins de montagne mais ce pays suscite la curiosité dès lors qu'on suit la route des églises en bois. C'est le moment pour vous d'en demander les clés aux habitants du coin dans un endroit pas prisé des touristes. A tort.

 

PA260205

 

PA260215

C'est donc à l'est du pays dans les environs de Kosice que vous pourrez admirer ces joyaux du patrimoine slovaque, inscrits au patrimoine de l'UNESCO. Qu'ont-elles en commun? Leur matériau, le bois abondant dans la région transformé ici en rondins qui se superposent les uns sur les autres. 2e caractéristique: ce sont de petites églises bien loin des capacités des cathédrales gothiques mais contrairement à nos géants de pierre, les villages n'ont pas fait venir des ouvriers de toute l'Europe comme on l'a fait pour Notre Dame de Paris mais ce sont bel et bien les paysans des villages qui en sont les constructeurs. Alors qu'on pourrait penser qu'elles sont issues du Haut Moyen Age, elles datent de l'époque où le baroque allait essaimer ailleurs. Elles ont été construites entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Elles n'ont donc rien de médiéval et prouvent que l'art existait aussi dans les villages à l'époque moderne, s'affranchissant, surtout ici pour questions budgétaires, des codes artistiques des villes même si on ne peut nier certaines influences. Enfin, et c'est une chose que je n'ai malheureusement pas pu constater car je n'ai pas trouvé les détenteurs des clés, les intérieurs sont peints de fresques à même le bois et on reste bouche bée devant leur conservation. On apprécie aussi que ces églises des montagnes des Carpates soient extrêmement bien préservées et que l'Etat y porte un soin particulier.

 

PA260203

 

Toutefois, vous songez à savoir quelle est la plus emblématique en vous disant sûrement qu'elles se ressemblent toutes. Vous auriez tort de penser ainsi puisque je vous suggère de prendre la voiture et de suivre la route plutôt bien indiquée à partir de Ladomirova. Ces églises sont toutes singulières. Seul le bois et l'étroitesse de ses intérieurs leur donnent un aspect commun. Car elles diffèrent en ce qui concerne leur date de construction (certaines de la fin du XVe siècle, d'autres du XVIIIe siècle et les goûts changent en 200 ans), le paysage car elles se trouvent au détour d'un bosquet, dans un vallon ou sur une butte mais aussi elles se dissocient par les rites qu'elles acceuillent. On a beau être dans une partie de l'Europe centrale, il ne faut pas oublier qu'elle est une zone tampon entre les religions orthodoxe et catholique et que certains territoires choisissent de se tourner vers la Réforme protestante. Ainsi, cette bonne cohabitation génère des différences en termes d'architecture extérieure comme intérieure.

 

 

 

csm_drev

Ainsi, l'église protestante de Kezmaroc, sobre à l'extérieur ne fait pas d'économie avec la décoration intérieure (plafonds peints, sculptures en bois) qui doit faire penser à la forme d'un bateau (même les fenêtres sont copiées sur celles d'un navire), ce qui tranche avec l'idée que le protesantisme est austère. Cependant, les villageois n'ayant pas assez de sous, ils firent appel à la Suède, alors pays protestant, pour financer le lieu de culte.

 

 

 

 

 

 

 

PA260193

L'église d'Hervatov est quant à elle catholique. On la reconnaît à sa tour qui contient un clocher. Là, non plus, je n'ai pas pu voir l'intérieur mais heureusement qu'il existe Internet pour les photos car les peintures murales sont saisissantes et semblent inaltérables face au temps, d'autant que c'est l'une des églises en bois les plus vieilles construites dans la deuxième moitié du XVe siècle.

 

 

 

 

 

 

PA260183

Les croyances orthodoxes sont sûrement les mieux représentées lors de ce tour d'églises. On le démarre d'ailleurs avec celle de Ladamirova entourée d'un charmant cimetière. Le toit est très différent et fait penser aux coupoles des grandes églises orthodoxes, dans une mesure moindre bien sûr mais 3 tours s'alignent donnant plus de majesté à l'édifice. Ici, l'intérieur est quant à lui d'une singularité par rapport aux deux autres monuments que je viens de décrire. On y trouve une iconostase, cette cloison de bois qui sépare les fidèles du clergé dans les rites orthodoxes. Dessus sont peintes des icônes de saints et dans la partie du clergé, une Vierge Marie peinte en or. Vous ne retrouverez pas cela dans le culte protestant qui refuse de rendre un culte à la mère de Jésus. Mais avant de découvrir ces trésors, il vous faudra demander les clés à son détenteur, ce qui peut amener à de nouvelles rencontres fort sympathiques.

 

  

BON A SAVOIR:

- Les églises ne sont pas ouvertes et il faut demander les clés qui sont détenues par un habitant. Mais lequel? C'est ma plus grosse frustration de ne pas y être entré.

- Quelques églises à voir impérativement (même s'il y en a une bonne trentaine):

. Celle de Ladamirova (quand vous venez de Svindik, prenez la E371 et passer devant les chars qui se chevauchent. A l'entrée du village, l'église est indiquée. Ensuite, une route vous indique la suite du parcours).

. Celle de Krajne Cierno en revenant sur vos pas, située au fond à gauche d'un petit village. Elle est cachée par les arbres donc n'hésitez pas à avancer jusqu'à arriver dans un cul de sac.

. Hunkovce avec ses 3 bulbes surmontés de croix ornementales. Il suffit de revenir sur la E371 où l'église se situera à votre droite.

. L'église de Korejovce. Un panneau à partir de Hunkovce vous dit de tourner à droite. Les 2 églises sont distantes de 2 kms.

. Enfin l'église de Bodruzal, village situé à 2kms de l'intersection avec la route E371.

Tout ceci est faisable en 2 heures.