Saviez vous que le tourisme sexuel concerne 10% de la population touristique mondiale? Chiffre assez énorme même si difficilement quantifiable quand on sait que c'est une activité illégale. Il existe plusieurs sortes de "sex tourists", dont les plus abjects sont ceux qui vont dans des pays comme la Thaïlande abuser d'une population pauvre, jusqu'à essayer les enfants. C'est bien connu, au bout du monde, on peut braver tous les interdits. L'une des conséquences majeures est la transmission de maladies transmissibles. Le tourisme sexuel ne concerne pas uniquement la prostitution, il englobe ceux qui vont aussi à l'étranger en espérant pouvoir avoir des rapports sexuels. Ainsi, certaines destinations sont connues comme des paradis gays: Ibiza, Sitges en Catalogne ou encore Mykonos. Dans les pays industrialisés, la prostitution existe aussi et a pu donner lieu à des situations cocasses lors de mes voyages. Rassurez vous, je ne fais pas partie des 10%.

 

5) Le fameux "Tu veux baiser?"

Quand je vais à Nice, c'est généralement parce que Madonna y donne un autre concert en dehors de Paris. Jeune et inscouciant, à peine 20 ans sur les épaules, je partais seul voir mon idole avec quelques kopeks en poche et j'étais dès lors engagé pour des heures d'attente jusqu'à dormir le soir devant le stade. Alors vous pensez bien qu'une fois le concert fini, j'étais lessivé, la dame m'ayant pompé les dernière forces d'énergie qui me restaient. Cependant, il fallait bien se rendre à la gare après la messe musicale. Et là, innocent ou presque, je rencontre une femme à la peau noire. Je pensais encore être emmerdé pour des cigarettes que je ne fume pas. Et gracieusement, "tu veux baiser?", "tu veux une pipe?" me sont lancés à la gueule. J'ai refusé la dite invitation.

 

4) Dégage pervers

Sachez que si vous allez à Lille, les prostituées se trouvent non loin de chez moi, avenue du peuple belge et il y en a pour tous les goûts. Aguicheuses, racoleuses, elles ne sont pas emmerdées par des vitrines. Mais sachez qu'elles refusent des clients. Dans un sens, ça me rassure pour elles. A ce propos, j'ai une petite anecdote qui m'a fait rire récemment. Une prostituée au caractère bien trempé hurle sur un homme dans sa voiture: "Dégage pervers!". En effet, le monsieur l'avait accostée en se masturbant dans son véhicule. Il ne faut pas brûler les étapes.

 

3) Escort boy à Ljubljana

Les prostitués ne sont pas uniquement des femmes mais aussi des hommes, ce qui est plus rare je vous le concède. Au petit déjeuner, alors que nous nous entamions à poursuivre notre périple slovène, une amie reconnaît un de ses collègues de l'université qu'elle n'aime pas trop. Un monsieur un peu bedonnant, peu rasé, mal habillé, assez hautain d'apparence. Et on le voit accompagner d'un beau slovène, au corps bien musclé. Peut-être était-ce son fils mais bizarre qu'il parlait slovène et qu'il semblait dormir dans le même lit. Je tranche pour un escort boy.

 

2) Se taper l'affiche à Berlin

Les prostituées peuvent clairement manquer de discrétion. Ce fut le cas à Berlin. Alors qu'on se promenait avec Mutti, deux jeunes amis français nous précédaient sur le trottoir le long duquel des dames bien fagotées dans leurs tenues en cuir accostaient les passants sans la moindre réserve. Parmi celles-ci, l'une d'entre elle accoste l'un des deux jeunes français en lui disant: "Tu te rappelles de la dernière fois?". C'est là qu'il lâche un "oui" très gêné.

 

 

P2280066

1) Le bétail du quartier rouge d'Amsterdam

Le quartier rouge est considéré comme un incontournable d'Amsterdam, c'est pour cela que je l'avais totalement zappé de mon programme lors de ma venue dans la cité gezellig. Pour votre culture, il faut savoir qu'Amsterdam compte 250 bordels et qu'il existe des quartiers rouges un peu partout aux Pays Bas. Cette activité rapporte d'ailleurs un sacré pactole à la ville. Ce qui me gêne, c'est que les touristes passent devant ces femmes comme si elles étaient des animaux. Autant quand vous consommez, ça ne me gêne pas mais là, c'est assez bizarre. De nombreuses prostituées sont en fait des hommes et un Amstellodamois m'expliquait que ces transexuels recevaient une clientèle d'hommes assez virils, remplis de tatouages sur les bras. Pour votre information, sachez qu'une ancienne prostituée organise des visites guidées, le "Red light tour", très intéressante du quartier autour de 15 euros à 17h00. En prime, vous aurez la "chance" de visiter une salle de travail d'une prostituée. Pour cela, se renseigner au Prostitution information centre.