Paris, ville de grandeur et de perspectives. Sur 7 kilomètres, c'est tout le prestige parisien que vous aurez à parcourir à pied, à condition d'en avoir le courage. Du Louvre à l'arche de la Défense, du passé au présent, de l'art aux affaires. Le chemin est tout tracé.

P8020043

Empruntons la voie triomphale

Pourquoi dans le top 3? 7 kilomètres à pied

Tout commence par le commencement: le Louvre symbolique, l'ancien palais des rois de France qui fut éclipsé par la grandeur de Versailles avant qu'il ne retrouve sa superbe en devenant l'un des plus beaux musées du monde. Aujourd'hui, c'est encore lui qui accueille le plus de visiteurs étrangers. Je ne m'épanche pas sur le sujet car j'ai consacré plus d'un article à ce joyau de l'art classique qui est prolongé par le jardin des Tuileries comme si le bâtiment était la tête et que son corps s'élançait là aussi dans un décor végétal ô combien classique aux lignes symétriques entre petits bosquets et fontaine devant laquelle on se détend, plongé dans sa lecture ou dans son sommeil. C'est l'endroit idéal pour se laisser aller le week end et même quand on est parisien. Les chaises sont à votre disposition et elles déménagent au gré des visiteurs. Encore une fois merci Le Nôtre!

De la place Louis XV à la place de la République, elle a finalement été renommée place de la Concorde. Ce petit bijou d'urbanisme rompt les centaines de mètres de verdure. On peine à imaginer qu'à l'endroit où se tient l'obélisque et les immenses vasques qui abritent de belles fontaines de bronze se jouait là autrefois le cérémoniel de la guillotine. Les tricoteuses venaient profiter du spectacle des têtes coupée et la puanteur gênait les voisins. Louis XVI, Danton, Robespierre ... Des âmes effacées par Napoléon qui posa ici son imposant souvenir d'Egypte

La percée continue sa course folle et rien ne peut l'arrêter avec l'avenue des Champs Elysées, célébrée dans la chanson de Joe Dassin. Ici, on fête le nouvel an et on a remercié Zizou dans un temps fort lointain où nous avions remporté la coupe du monde de football. Les Champs Elysées, c'est surtout le lèche vitrines de marques que beaucoup d'entre nous ne peuvent se payer ou alors doivent rogner sur d'autres dépense. Vuitton, Dior, Channel, c'est le quadrilatère d'or parisien, recollé bout à bout pour ne former qu'une seule longue avenue entâchée ici et là de boîtes de nuit, d'hôtels qui font rêver et de multinationales bon marché comme la Fnac ou McDo. On arrive au bout, presque à en perdre haleine. Le voici enfin, cet arc de triomphe. On a quitté Napoléon pour retrouver Napoléon. Et oui avant Haussmann, le petit caporal avait façonné une bonne partie de la ville. Notons l'hommage aux batailles remportées, Austerlitz en premier lieu que tout le monde connaît mais personne n'est capable de dire que ce grand moment militaire se déroula en République Tchèque. Imaginez aussi que sous Napoléon, la structure n'était qu'en bois et ne fut terminée que sous le règne de Louis Philippe, alors qu'on avait restauré la monarchie depuis bien longtemps. Il fit pousser des arcs de triomphe dans toute l'Europe et Milan s'en souvient encore. Après une petite pensée inconnue et s'il vous reste un minimum d'énergie, allez prendre un bain de modernité à l'arche de Défense. Le temps vient de se dérouler devant vous. En avez vous seulement eu conscience?

P8020047

Un souvenir d'Egypte