Après les grottes, les métros et les labyrinthes, l'antre de la terre nous emmène dans des carrières. Direction Arras dans une ville qui a été meurtrie tour à tour par la Première guerre mondiale puis la Seconde guerre mondiale. Alors que ces carrières étaient exploitées dès le Moyen Age, elles sont aussi la preuve que les souterrains peuvent être un formidable enjeu de stratégie militaire à condition que la tactique fonctionne.

 

P4180063

Un autre lieu de mémoire de la Première guerre mondiale

 

Pourquoi dans le top 10? Car la guerre se joue aussi sous terre

Voilà déjà presque 3 ans que la guerre a débuté et celle qu'on croyait rapide s'éternise encore et encore. Les Allemands sont toujours aussi hargneux et les Américains sont entrés en guerre. On ne le sait pas encore mais à la fin de l'année, les Russes abandonneront et signeront un cessez le feu avec l'Allemagne. Les soldats sont épuisés autant que les civils et le nom de Grande guerre n'a pas été donné au hasard. Les Anglais sont un allié de taille grâce à leur Commonwealth immense car ne l'oublions pas, c'est le plus grand empire colonial du monde. C'est pour cela qu'il n'est pas étonnant d'avoir vu des Canadiens combattre à Vimy. Mais pourquoi cette carrière a été rebaptisée Wellington? C'est tout simplement la capitale néo zélandaise et ceux qu'on nomme les Kiwis ont été d'une précieuse aide.

Cette carrière dévoile en effet les plans secrets de la bataille d'Arras qui s'est déroulée sous terre. C'est là où les soldats britanniques et de l'empire ont trouvé refuge et qu'ils ont creusé des tunnels en vue de la bataille d'Arras qui se déroula donc en 1917. Le but affiché de cette bataille est de mettre fin à la guerre en 48 heures en surprenant les Allemands dès lors qu'on jaillirait du sous-sol. Le but était de faire remonter les Allemands du chemin des Dames pour avoir les mains libres en Champagne. 20 kms de tunnel ont été creusés et on y voit les marquages pour se repérer (ceux qui sont en rouge datent de la Seconde guerre mondiale). Des soldats ont parfoi creusés jusqu'à 18 heures d'affilée, dont les Maoris, les Aborigènes de Nouvelle Zélande. Seulement lorsque les Alliés ont surgi du sol, les Allemands s'étaient déplacés plus loin et la stratégie n'a pas eu l'efficacité escomptée. De nombreux Néo Zélandais et Anglais ont péri sur nos terres. Quand on pense que les familles des Kiwis étaient prévenues 2 semaines plus tard à cause de la distance et que les corps ne pouvaient pas être rapatriés. La Première guerre mondiale a bien été le drame de plusieurs nations. Pour mieux comprendre ce qui se passe après l'assaut, un petit film vous racontera la chose mieux que moi d'autant que je pense que les batailles militaires se racontent mieux avec des cartes mais sachez que finalement, les Alliés n'ont gagné qu'au final qu'une dizaine de kilomètres mais cela aura au moins permis de désenclaver Arras soumise aux bombardements depuis 1914. La ville d'ailleurs était ravagée à l'issue de la guerre. Toutefois, face au faible gain territorial, les pertes sont immenses: 100 000 du côté britannique, à peu près l'équivalent côté allemand.

 

P4180061

20 kilomètres de tunnel

 

Cette visite vous impressionnera même si je regrette que l'aspect vidéo prenne trop le pas et efface complétement le rôle du guide qui finalement ne fait qu'actionner les lumières. Je préfère souvent qu'un être humain m'explique. On découvre donc une ville sous terre et nous ne voyons qu'une mini portion des tunnels créés mais aussi une des ouvertures dynamitées pour sortir des tunnels et prendre à revers les Allemands. C'est donc tout un quotidien qu'on revit: on y a retrouvé des miroirs, des rasoirs, des latrines, des puits pour aller chercher de l'eau et même des boites de corned beef car il était préférable de rationner avec les aliments du pays pour se sentir un peu chez soi. On est aussi impressionné quand on voit que les carrières n'ont pas plongé les soldats dans le noir dès lors que le réseau fut électrifié. Ce lieu est une prouesse. Pour les plus sentimentals, sachez qu'une messe avait été organisée la veille des assauts et le poids de la religion était encore très intense. On regarde aussi avec émotion les dessins de femme d'un soldat sur la pierre même, l'état de conversation nous subjugue dans un endroit aussi humide. Après Verdun, les horreurs n'avaient pas cessé.

 

Bon à savoir

- Il s'agit en fait d'une visite guidée d'une heure. 

- Les horaires sont les suivants: de 10h00 à 12h30 et de 13h30 à 18h00. C'est ouvert toute l'année sauf le 1er janvier et les 3 premières semaines après les vacances de Noël.

- Le coût de la visite est de 6,80 euros, 3,10 euros pour le tarif réduit.