Sur ce blog, je dorlote beaucoup les espaces même si j'ai toujours la rubrique "Out" pour les villes, pays et régions du mois. Mais comme je suis mauvais dans l'âme, j'aime critiquer mais les critiques seront toujours justes. Je serai comme un vengeur masqué contre toutes les arnaques touristiques ou les situations inacceptables. Ca va défoncer du gen, je vous le dis.

 

Cible du coup de mâchoire: Daech

Coup de Trafalgar subi: La destruction du patrimoine irakien (et de l'humanité)

Si les crimes contre l'humanité concernent les atrocités commises sur des personnes, son équivalent sur les destructions volontaires du patrimoine de l'humanité sont jugées de la même manière car elles touchent tout autant à l'espèce humaine. Dans les deux cas, ce sont des crimes de guerre et ils sont lourdement punis. Seulement, faut-il encore connaître les coupables. Ceux du 26 février 2015, date à laquelle Daech diffusait avec joie et barbarie une vidéo sur Internet où ils tuaient le passé en utilisant masse et marteau piqueur sur les pièces préislamiques de Ninive, ne seront peut-être jamais connus.

Crime de guerre

 

Ninive, ce n'est pas n'importe quelle cité. Elle fait partie de ces grandes cités mésopotamiennes dans ce véritable âge d'or qu'on appelle l'Orient ancien dans les manuels et qui s'étale sur un temps très long. Elle rivalise de richesse avec une cité comme Babylone et si vous avez lu mon article sur les jardins suspendus de Babylone (à lire ici), vous vous souviendrez qu'ils se trouvaient surement à ... Ninive. Les vidéos ne peuvent pas nous faire oublier qu'à 30 kilomètres de là, le site archéologique de Nimroud, l'ancienne cité assyrienne de Kalhou, a été défoncée aux buldozzers. Au nom d'un islam, celui des fous et non pas celui des honnêtes croyants, la cité antique parthe d'Hatra et l'assyrienne Khorsabad ont été abandonnés par leurs dieux aux mains de ces sanguinaires.

 

Hatra n'existe plus

On pourrait se rassurer en se disant que les statues du musée de Mossoul, là où la volonté d'étouffer le passé a été filmée, n'étaient en réalité que des répliques d'oeuvres conservées au British Museum. C'est d'ailleurs à se demander si conserver les trésors du Moyen Orient en Occident n'est pas une si mauvaise chose. Car voilà, l'Etat islamique fait suite et est mis désormais en parallèle avec le conflit syrien entamé en 2011 qui fait lui même suite à la guerre d'Irak en 2003 qui a succédé à celle du Golfe en 2011. Depuis 25 ans, la guerre n'a pas épargné ces 2 pays limitrophes. On peut déjà dire adieu aux souks d'Alep réduits en cendre. Le krak des chevaliers s'est pris une bombe dans la gueule et est bien endommagé. Quant à Palmyre, l'un des sites gréco-romains les plus impressionnants qu'on pourrait comparer à Ephèse dans sa majestuosité, certains y trouvent refuge et quelques balles viennent impacter les monuments. Palmyre permet aussi de mettre à jour l'hyppocrisie de ces djihadistes qui hurlent au loup dès lors qu'il s'agit des oeuvres impies. Pourtant, ils se félicitent des pillages et espèrent prospérer grâce au commerce des oeuvres antiques. En effet, même si Palmyre est loin d'être aussi endommagée que d'autres sites (pour combien de temps?), elle est la proie des vols. Les fonctionnaires des sites ne pouvant plus être payés, toute sécurité est levée et les monuments funéraires sont les premiers visés. Figurez vous que nos chers djihadistes prélèvent des taxes sur les pilleurs et sur le trafic des oeuvres. Bizarre, cette fois-ci on ne détruit pas. En effet, ce serait difficile de faire passer en secret un lourd taureau androcéphale alors abattons le juste pour clamer notre religion. Le reste, c'est une autre affaire car la volonté religieuse disparaît dès lors qu'on peut financer ses activités barbares. On n'oublie pas non plus les destructions au Mali par d'autres groupes islamistes. Difficile d'accabler la population désorientée qui est la première à se livrer à ces pillages. L'UNESCO tente tant bien que mal de dresser une liste des objets en péril mais la guerre va plus vite que ses enquêtes et il est difficile de les blâmer. Se morfondre pour des morceaux de pierre pourrait faire penser que je les place au dessus des milliers de vie humaine qui ont été arrachées à ce monde. Ce n'est pas ce que j'entends. Mais je suis ulcéré qu'on s'en prenne à mon passé car il m'appartient comme à toute l'humanité. 

Alep détruite (et ses habitants qui vivent sans eau ni électricité)