A une heure de Vienne et entre Prague et Budapest, Bratislava est littéralement concurrencée par les capitales qui l'entourent. D'autant que Prague et Budapest sont considérées comme bon marché par rapport à Paris, Venise, Amsterdam ou Londres. Bratislava n'est reléguée qu'à un carrefour du Danube permettant de passer d'une ville à l'autre. La plupart des touristes ne s'y arrêtent même pas. Et pourtant, vous rateriez l'ambiance d'une des capitales les plus festives.

PA280311

 

Le château qui domine Bratislava

Pourquoi dans le top 10? La capitale oubliée de l'Est

Tous les reproches que j'ai adressés aux touristes se dirigeant à l'est, je peux aussi me les adresser. La première fois que je suis allé à Bratislava, c'était pour aller à Vienne. Mis à part l'aéroport, je n'y ai jeté aucun coup d'oeil. Un an plus tard, je m'arrête à Bratislava pour aller à la gare de bus qui m'emménerait par la suite jusqu'à Prague. Je juge assez vite l'endroit: décati, laid, laissé à l'abandon. Puis en 2013, le guide Best of Lonely Planet met la Slovaquie à l'honneur. Je décide de m'y intéresser et c'est ainsi qu'en novembre dernier, je suis resté 3 jours en tout dans cette capitale lors de mon séjour de 8 jours en Slovaquie.

PA220040

 

Des bâtiments rafraîchis

L'ambiance est sympathique et les habitants sont de gros fêtards. Vous en aurez vite la confirmation en poussant les portes d'un bar un samedi soir lorsque des filles habillées en infirmières font le show pour une gente masculine très chaude. Passons outre la gastronomie pas très raffinée comme dans l'Est en général et attachons nous à la promenade dans la ville. Les vieilles bâtisses se sont payés un lifting qui leur va bien et les couleurs éclatent désormais autour des places réhaussées le soir par un éclairage parfaitement réussi. Plus petite que Prague, les travaux ont pris moins longtemps et on aime ses bâtiments classiques. La place centrale, qui autrefois servait de lieu aux éxécutions est magnifique avec ses anciens palais dont deux sont désormais dédiés aux ambassades française et japonaise. La fontaine de Maximilien joue avec les couleurs le soir et son arrière scène est sublime. En effet, Vienne a influencé Bratislava et le restaurant que vous voyez derrière est une ancienne banque dans le plus parfait style Sécession. Vous partirez aussi à la recherche des sculptures insolites qui se cachent un peu partout autour du centre dont Cumil, un égoutier qui prend sa pause et regarde sous les jupes des filles. C'est très amusant mais ça reste sous le regard de l'ancien château qui trône au dessus de la ville, très charismatique avec ses tours qui enferment une cour.

 

A l'extérieur, la promenade du Danube vous emmène vers le nouveau pont, fonctionnel mais peu esthétique à mon goût. Mais le bâtiment le plus original de la ville est une église. L'église bleue est un peu une merveille de contes de fée, un jouet pour princesse grandeur nature. Dans un environnement pas très enthousiasmant (des vieilleries communistes), elle tire son épingle du jeu. Dans le style de l'Art nouveau hongrois, les gouttières en cuivre, les mosaïques de carrelages, le bleu éclatant ou encore les portes en aluminium égayent le quartier tout comme le collège dans le même style à proximité. Je n'ai fait que des promenades à Bratislava sans pousser les portes des musées. La prochaine fois, je ne les oublierai pas.

PA220030

Un peu d'art nouveau à l'église bleue