Si l'Italie a Pompéi, la Turquie a Ephèse et n'a rien à lui envier. Là aussi comme dans le site de Campanie, des cars de touristes viennent admirer l'immense site d'Ephèse dont une grande partie n'a pas encore été réellement fouillée. Ce sera l'occasion pour vous de tirer la langue devant l'appareil avec comme scène de décor la bibliothèque de Celsus ou encore de voir que la Grèce antique et l'empire romain peuvent faire un très bon mélange.

P8140036

 

La bibliothèque de Celsus, le joyau du site

Pourquoi dans le top 10? Le Pompéi turc

Nous avons parcouru la cité d'Aphrodite avec Aphrodisias (lire article ici), nous allons aujourd'hui rendre un vibrant hommage à la déesse de la chasse, Artémis remplaçant Cybèle, jadis protectrice de la cité dévouée aux cultes orientaux. Leur point commun est d'avoir été fondé par les Cariens. Ephèse connaîtra bien des péripéties en dehors du changement de déesse à honorer. Cela lui valut d'ailleurs un nombre affluent de pélerins et la cité devint ainsi puissante à tel point qu'elle prit du galon au sein de la Confédération ionienne au Xe siècle avant JC, une alliance de douze cités grecques d'Ionie dont Milet, Priène, Phocée (la cité qui alla fonder Marseille) pour citer les plus connues. Cette alliance était à la fois religieuse et politique. Il s'agissait pour les cités d'administrer ensemble le Panionium, un sanctuaire dédié au dieu Poséidon. D'un autre côté, elle permettait aux Ioniens de se rassembler pour convaincre l'ennemi héréditaire: les Perses. C'est dans ce contexte qu'Ephèse s'épanouit. La suite allait être moins glorieuse. En effet, des rois tour à tour lydien et perse s'en emparêrent. Il fallut attendre Alexandre le Grand pour que la cité retrouve sa liberté en 334 avant JC. Puis, les Romains s'emparèrent de la Grèce et de l'Asie Mineure qui fut découpée en province romaine en 129 avant JC. Les cités ioniennes devaient verser des impôts assez lourds aux nouveaux maîtres du monde. La réponse ne se fit pas attendre. En 88 avant JC, les Ephésiens se révoltèrent et massacrèrent 80 000 citoyens romains, au premier rang desquels les collecteurs d'impôts. Ce fut une vraie boucherie qui nous rappelle que la violence dans l'Antiquité pouvait atteindre des sommets. Rome avait la réputation d'être extrêmement sévère dans ces cas là et elle tint une fois de plus sa réputation. Sylla fit raser la ville qui n'était plus que cendres. Mais le premier empereur Auguste, dès sa première année au pouvoir en 27 avant JC, releva Ephèse en la nommant capitale de la province, remplaçant Pergame. Ce fut la Renaissance d'Ephèse qui se couvrit de bâtiments plus somptueux les uns que les autres: des thermes, des gymnases et même l'éclairage public. 250 000 âmes la peuplaient au 2e siècle après JC. L'histoire d'Ephèse ne s'arrête pas là. En effet, les Romains vouaient une haine à ce Jésus (bien loin des histoires de la Bible). Jésus n'a jamais connu Ephèse. Cependant, en 53, l'apôtre Paul commença sa tournée de l'Orient vers l'Occident pour diffuser le christianisme. Cela était risqué dans un empire romain qui ne voulait en aucun cas troquer ses dieux contre un seul. C'est ici dans cette cité cosmopolite où les idées intellectuelles et religieuses bouillaient que se forma une des premières communautés chrétiennes lors de son troisième voyage(et on dira que la Turquie n'a rien à voir avec l'histoire de l'Europe après ça). A la mort de Paul, c'est Jean qui reprit le flambeau et prit la tête de l'évêché avant d'écrire ses évangiles. A sa mort, les Chrétiens qui se faisaient de plus en plus nombreux et préférèrent aller s'installer près de la tombe du saint évangéliste. C'est un long résumé mais nécessaire pour mieux comprendre le site d'Ephèse.

 

P8140040

La voie sacrée vers Artémis

Comme vous l'aurez compris, il y a donc des vestiges grecs et romains. De l'époque grecque, subsiste un théâtre, bien que largement amélioré par leurs successeurs italiens. Il a été construit sous Lysimaque, le successeur d'Alexandre. Quand on y entre, on est impressionné par la hauteur des gradins et on imagine la foule qui pouvait assister aux représentations: 24 000 spectateurs en tout. Les Romains l'avaient agrémenté d'un mur de scène richement décoré. C'est l'un des plus beaux théâtres antiques du monde.

 

P8140031

Un théâtre antique version XL

 

Mais l'attraction principale et vers laquelle tous les touristes courent à juste raison est la bibliothèque de Celsus. C'est maintenant que nous entrons dans l'époque romaine. Elle fut construite par le consul Julius Aquilla et enfermait 12 000 rouleaux, rivalisant avec les deux autres grandes cités alentour: Pergame et Alexandrie. Pour les conserver de l'humidité, on avait creusé un mur d'un mètre vide. Il ne reste aujourd'hui plus que la façade mais tellement merveilleuse avec ses colonnes en saillie (c'est-à-dire qu'elles ressortent) sur deux rangées de hauteur et le jeu de niches qui logeaient et qui logent encore quelques unes des sculptures. Ce style architectural s'appelle le style dit tabernacle. Les Romains voulaient montrer qu'ils étaient un peu les Alexandre le Grand des temps nouveaux et faisaient montre de leur maîtrise de l'Orient avec ce style neuf. Tous les éléments décoratifs que ce soit des statues, des colonnes ou autres sont disposés en saillie et non pas plaqués contre les murs ou en bas relief. D'après ce que j'ai lu, c'est pour donner l'effet d'un baldaquin, référence directe au trône des rois orientaux. La bibliothèque de Celsus n'est pas la seule à être traitée de cette manière puisqu'il en est de même pour la fontaine de Trajan par exemple, bien endommagée malheureusement. Les Romains auront aussi amené d'autres aspects de leur culture: les thermes, les latrines où on chiait entre amis dans un trou creusé dans le marbre mais aussi le lupanar. Les touristes sont d'ailleurs très friands de ces bordels antiques. On aimera marcher sur la rue des Courètes, la voie sacrée d'Ephèse qui menait au temple d'Artémis lors des processions. Vous la verrez comme il se doit border de temples ou de fontaines monumentales, enfin ce qu'il en reste. Observez le sol également! Il y a des stries pour éviter aux sabots de glisser en cas de pluie. Il reste en réalité que trop peu d'éléments grecs et c'est bien Rome qui a marqué son empreinte à tout jamais dans cette partie de la Turquie. N'hésitez pas à payer un peu plus cher l'entrée pour pouvoir pénétrer dans les maisons romaines aux mosaïques admirablement reconstruites par des archéologues et apprentis chevronnés.

P8140054

Caca party entre amis

Comment y aller?

Il est préférable de loger à Izmir à environ 1h30

 

Tarifs:

- 30 livres turques pour la visite du site (10 euros)

- 15 livres turques pour les maisons (5 euros)

 

Bon conseil:

Je ne l'ai pas fait mais le musée consacré au site à Selcuk vaut vraiment le coup avec une super statue d'Artémis calquée sur des statues d'Athéna