En République Tchèque, plus qu'ailleurs, l'art nouveau s'est fait le chantre des intérêts nationalistes, le pays étant longtemps sous le joug de la puissance des Habsbourg. Les Praguois se serviront de l'architecture, plus beau moyen d'expression pacifique pour exprimer l'idée d'une capitale naissante d'une nation ancienne. Pourtant, elle est construite en 1903 et on la trouve peu originale, l'art nouveau ayant déjà fait son nid un peu partout notamment en Belgique. On pourrait le confondre avec un casino tant l'ornementation foisonne. 

SAM_2225

Un croisement entre l'Opéra Garnier et la Sécession viennoise

Petit tour d'horizon sur la façade tout d'abord. Ce qui impressionne d'emblée, c'est son pignon semi-circulaire avec sa superbe mosaïque qui représente tout simplement l'Apothéose de Prague où sont écrits en beaux caractères la phrase suivante: "Salut à toi Prague! Résiste au Temps et à la Malveillance comme tu as résisté aux orages des siècles". Et il est vrai que Prague en a subi avec les guerres de religion qui ont fait rage entre protestants et catholiques et son célèbre épisode de la Défenestration de 1618. Si elle savait qu'elle n'avait encore rien vu avec l'occupation soviétique et le printemps de Prague allait gronder en 1968. Laissons cela de côté et continuons à observer ce monument néo baroque qui prend des allures d'Opéra Garnier parisien avec son dôme vernissé. Toutefois, le baroque est vite brisé avec les motifs floraux et la succession d'ornementation qui fait référence au style Sécession tout droit venu d'Autriche. C'est aussi ça l'art, des influences et des échanges. Je suis aussi fasciné par ses lampadaires qui font plier deux statues comme si Prague porte un lourd passé sur ses épaules mais en même temps tient bon. Deux figures allégoriques sont encore plus intéressantes que les autres. L'architecte Saloun a présenté à notre gauche L'Humiliation de la nation représentée comme en deuil alors que la figure de droite annonce son Réveil. Vous remarquerez que l'architecture aussi est politique et l'art nouveau plus que tout autre art où peuvent jaillir les idéaux nationalistes des artistes. Vous pourrez passer la porte de cette antre praguoise mais je ne peux en dire guère davantage car je ne me suis pas essayé aux visites guidées en anglais uniquement (même s'il existe des brochures en français). Trouver que cette maison municipale qui loge salons et salles de concert soit passé de mode, c'est se leurrer sur l'art nouveau car en même temps, il se développe avec vigueur dans un autre coin d'Europe. Le rendez vous est pris pour découvrir le numéro 1.

SAM_2223

 

Au service du réveil de la nation tchèque