-20°C, je martèle et répète encore une fois: -20°C. Et pourtant, c'est bien à Oslo que j'ai pratiqué le plus d'activités en plein air et à braver le froid. L'une que je retiendrai, c'est la patinoire. J'ai toujours adoré patiné. Je patine vite mais sans figures et aucun beau geste, encore moins en arrière. Mais cette activité m'a toujours procuré de grands moments de liberté comme si la glace construisait un empire d'ailleurs dans lequel nous sommes enfermés pour une ou deux heures.

223042_10150591626815484_6376846_n

Un zombie sur la glace

Si vous aimez patiner, le site Visitoslo.com vous propose de vous rendre à la patinoire Spikersuppa qui officie entre décembre et mars pendant les mois de grand froid, et c'est peu dire à Oslo. Près du Parlement, elle est appréciée des touristes. Mais j'ai préféré en essayer une autre avec ma soeur et ma Marina: celle au stade Frogner à côté du parc Vigeland (qui vous sera présenté bientôt). Ici, l'espace est bien plus grand, la musique pop mainstream résonne dans les enceintes et on aurait envie de danser avec les flocons de neige. Vous pouvez bien sur y louer des patins pour une dizaine d'euros. L'ambiance lorsque la nuit est venue est exceptionnelle. C'est ici que vous rencontrerez les Osloïtes qui ont la glace dans le sang. Ils l'avaient prouvé avec les skis mais ils semblent être nés avec des patins à la place des pieds. Sans être mauvais, je ne me suis jamais senti aussi ridicule qu'à côté d'eux. Ils exécutent pour le plaisir des figures dignes des plus grands athlètes. On regarde ça d'un oeil assez lointain sans oser s'y mêler. Cette activité constitue un beau spectacle en soi. Et il faut bien que les stades servent à quelque chose quand les compétitions s'éteignent.