Dans les années 1950, Franco avait décidé d'en faire un pôle touristique majeur. Pour beaucoup, ce fut une découverte qui extirpa l'île de sa léthargie. Elle avait été déjà annexée par les Romains, prise par les Musulmans, assiégée par les pirates et voilà que maintenant c'est une horde de touristes, surtout allemands, qui la firent de nouveau capituler, installant le long de nombreuses côtes leurs horribles tours de béton. La balnéarisation mena l'île dans un véritable enfer de laideur, paradoxe car elle est perçue comme un paradis à l'étranger. Majorque semble donc avoir appartenu à tout le monde sauf aux Majorquins. Ils ont décidé de prendre leur revanche et nous nous devons de les aider.

SAM_9707

Ca ne vous donne vraiment pas envie d'y aller?

Si Majorque pour tout baroudeur en quête d'authencité évoque la région à éviter à cause des gros bateaux Costa croisière qui déversent des flots de touristes qui se pressent aheurés pour prendre des photos, à cause du bétonnage du littoral comme si on en voulait à l'île ou à cause de l'abondance de touristes le long des plages, il faut tout de suite que je remette les idées au clair. Majorque, c'est aussi et avant tout un espace naturel avant d'être artificiel qu'il est peut être préférable de redécouvrir en basse saison. J'y suis allé en février, comme beaucoup avec les mêmes a priori, et même si je ne pus pas me baigner, j'étais comme seul au monde dans le corps de la Belle au bois dormant. De nombreuses randonnées s'offrent à vous que ce soit le long des côtes, de criques en criques, dans la Serra de Tramuntana où vous vous proménerez au milieu des chèvres majorquines sauvages au poil roux. A l'issue de ces étapes, vous retomberez sur des points de vue admirables et parfois même sur des plages désertes où vous vivrez ces moments comme des privilèges. Il faut juste s'armer de chaussures de randonnée, de goût pour l'aventure, de patience et de courage. Mais ça en vaut la peine. C'est comme si Majorque se confiait à vous et vous ouvrait son coeur.

SAM_9610

Majorque, c'est aussi la montagne

Comme je l'ai dit, il faut aider les Majorquins qui sont des gens admirables qui ne parlent pas le castillan mais le majorquin, un dérivé du catalan mais contrairement à leurs comparses de Catalogne ne se refusent pas à pratiquer la langue madrilène et sont toujours très ouverts. Toujours là pour vous aider à retrouver votre chemin, à vous prendre en autostop (j'ai tenté l'expérience), se donner rendez vous dans les bars à tapas ou encore à vous donner leurs adresses. Le meilleur moyen de vivre autour d'eux est de faire son marché à Palma où les meilleurs produits locaux que ce soit la fameuse soubressade (saucisse épicée très molle qui s'étale facilement), les ensaïmadas (succulente pâtisserie faite de pâte feuilletée enroulée comme un escargot que ce soit au surce, chocolat, crème ou abricot) ou encore les nombreux jambons ibériques s'étalent devant vos yeux.

SAM_0059

Faites votre marché

Enfin, le patrimoine est à redécouvrir. Filez ou installez vous à Palma de Majorque, la grande métropole insulaire espagnole qui rivalise avec les Madrid et Barcelone même si elle est plus petite. Ces éclairages mettent bien en lumière les monuments gothiques méditerranéens. Au delà de ça, les terrasses de pierre en montagne ou les maisons des villages fabriqués avec les mêmes matériaux sont des régals pour la vue. Sans oublier qu'aujourd'hui, les anciennes grandes fermes appelées les fincas laissées en décrépitude, ont repris un coup de neuf sauvées par le tourisme et dont de nombreuses sont réinvesties par des entrepreneurs. C'est l'occasion de faire des caresses aux chèvres, chevaux ou autres porcs noirs qui termineront en soubressade.

SAM_9496

Il y a aussi de l'Art moderniste à Majorque (Alcudia)

Il faut donc débarquer sur l'île comme une explorateur. Car oui, derrière l'alignement d'hôtels d'un goût douteux, il y a quelque chose à voir. Majorque s'explore, il faut aller à l'arrière plan et non pas regarder devant soi en arrivant avec une mine de dégoût. A la place de vous imaginer sur une plage où les gosses hurlent, où l'environnement est peu avenant et où tout le monde se marche dessus, laissez voguer votre esprit sur une plage déserte après vous être allongé sous un citronnier en écoutant le son des cigales. Prouvez donc que vous êtes un vrai aventurier.

SAM_9629

Majorque reste un paradis