Des palais, des églises, des maisons, voilà à quoi s'arrête notre vision de l'art baroque jusqu'à maintenant. Le Vasa nous épate alors en traversant cette catégorie avec plein de dignité. Ce n'est ni un palais, ni un lieu de prière mais un bateau de guerre. Repêché des flots, il surgit de ce top telle une anomalie. L'art est vraiment partout, ça oui.

35826_1512465488618_3418796_n

La marine, elle aussi est baroque

La Suède fait partie de ces puissances oubliées et les brumes nous cachaient la vue du baroque dans un pays protestant. Pourtant, la puissance scandinave fut très active dans la guerre de Trente ans et entra même à Prague avant d'être chassée grâce au soutien inespéré des Juifs et celui plus attendu des Jésuites. Ce bateau n'alla pas loin quant à lui car il a coulé très vite (la suite de l'histoire dans un prochain article qui lui sera consacré) mais les eaux l'ont enveloppé d'une couche protectrice et il flamboie à nouveau dans le musée qui lui est dédié à Stockholm. Le navire, ambitieux dans sa décoration et qui montre déjà un certain sens du design suédois, rivalise autant avec les grands palais de Versailles ou Schönbrunn dans l'essence de l'art baroque. 1 300 mètres de voilure prenaient le vent et devaient permettre la poussée des bateaux sur la Baltique mais les sculptures sur bois constituent les véritables joyaux de cette partie de la flotte suédoise. Des empereurs romains étaient ainsi cramponnés sans oublier les visages de soldats ou des animaux héraldiques. De loin, l'ennemi en aurait pris plein la vue devant ce monstre gigantesque qu'on pouvait traduire par: "La Suède aussi a son mot à dire". Le reste de la Suède échappa au mouvement, le luthéranisme n'aidant pas à son implantation. Pourtant, le baroque ici est le témoin une nouvelle fois de l'identité d'une nation. Ce pays-ci était, alors, résolument tournée vers la mer.