Comme tous bons rois qui se respectaient, les rois de Bohême disposaient eux aussi de leur château. Aujourd'hui, le quartier du château est un des plus visités de la ville. C'est toute l'histoire tchèque qui se raconte ici.

SAM_2154

La Cour royale

C'est le prince tchèque Borojov Ier qui, à la fin du IXe siècle, donna le départ de l'histoire de ce château où il décida de déplacer sa forteresse. Cependant, il n'avait pas pour ambition encore d'être un lieu de résidence et n'était encore qu'un bâtiment de bois. C'est le roi Ottokar II (1226 - 1278) qui poursuivit les traveaux fortifiés du château et qui le transforma vraiment en palais. Cependant, il n'avait encore rien du clinquant d'aujourd'hui et se délita petit à petit. Il eut fallu attendre un homme pour l'élever au rang de monument national tchèque. Ce fut donc Charles IV (1316 - 1378), instigateur du pont Charles qui porte son nom, qui effectua une série de travaux sans précédent. Il fut le seul empereur du Saint empire romain germanique à être d'origine tchèque et mit tout en oeuvre pour que Prague flamboie aux yeux de l'Europe. Il décida donc de relooker le château à la mode du temps, le gothique. Admirateur de Paris et ce qu'en avait fait les rois capétiens, il s'inspira de la Sainte Chapelle ou encore du Louvre pour que la résidence royale soit un des plus beaux écrins du continent. Cela fut une réelle innovation car la vague du gothique n'avait encore aucunement ravagé la Bohême. Il commanda aussi dans la même veine une cathédrale: la cathédrale Saint Guy. Son fils Venceslas IV (1361 - 1419), marcha sur les pas de son père mais les guerres hussites ralentirent son amélioration. Par la suite, le château allait osciller avec période de déclin et de renouveau avec la dynastie Habsbourg. C'est aussi dans ce château qu'eut lieu la fameuse défenestration de Prague de 1618 qui allait mener à la guerre de Trente ans où les puissances européennes ne se feraient aucun cadeau. Aujourd'hui, le château est visitable par les touristes (c'est Vaclav Havel qui décida d'en ouvrir 85% des parties au public) mais est aussi la demeure du président de la République et a retrouvé ses lettres de noblesse depuis la chute du communisme qui l'avait malmené. C'est aussi de là que le chef de l'Etat se montre au balcon pour saluer la foule.

 

La visite du château et surtout ses extérieurs est en soit très agréable, reconvertie en musée qui n'a d'intérêt véritablement que pour les connaisseurs, les autres risquant peut être de s'ennuyer. Le musée présente les apparats des rois de Bohême, de la vaisselle ... et relate l'histoire du château.L'une des attractions phares de ce château est la ruelle d'or, quartier malfamé tapissé de légendes, notamment sur certains de ses habitants qui étaient des alchimistes. Cela plaira aux enfants mais pour ma part, c'est assez kitsh. Le château de Prague est une étape indispensable pour qui veut mieux comprendre l'histoire de la République Tchèque.

SAM_2145

La ruelle d'or, ambiance kitsh

 

Un événement qui a fait Prague: 1618: la Défenestration de Prague

C'est surement la date la plus importante avant le XXe siècle. Depuis Jean Huss au XVe siècle et donc bien avant Luther et l'Allemagne, la ville est en proie aux tensions religieuses. Depuis quelques temps néanmoins, la capitale tchèque vit dans une relative paix et tolérance religieuse, catholiques comme protestants pouvant pratiquer leur culte. La lettre de Majesté acceptée par le Habsbourg Rodolphe II en 1609 va dans ce sens. Seulement, les empereurs meurent et en 1617, Ferdinand II de Habsbourg succède à Mathias. Il est connu pour être un catholique convaincu et plutôt antiprotestant. Alors qu'il n'a encore rien fait, ni annoncé, les Praguois décident de prendre les devants. Ils se rendent au château et décident de jeter par la fenêtre du château les deux gouverneurs du roi, symbole du catholicisme. Heureusement pour eux, ils retombent sur un tas d'ordures. Ils sont sales mais sains et saufs. Cette histoire n'est pas qu'une anecdote car elle met le feu aux poudres dans une Europe où les souverains ont des appétits d'ogres en ce qui concerne la conquête des territoires. C'est la guerre de Trentre ans qui débute entre catholiques et protestants. Cette guerre aux motivations d'abord religieuses embrase vite toute l'Europe et prend très tôt des allures politiques. Elle est sans doute la guerre la plus meurtrière du XVIIe siècle.