La place Venceslas est une place moderne qui s'allonge comme un grand boulevard au bout duquel vous faites la rencontre de la statue équestre du saint patron de la ville et même de la République Tchèque, Venceslas. Derrière, le musée national s'étire. Bref, la place Venceslas est un lieu symbolique de ce bon vieux pays de l'Est.

SAM_2205

 

The place to be en République Tchèque

La place Venceslas se situe donc dans le quartier de la nouvelle ville ou "nouvelle ville" pourrait on écrire. En effet, si je le mets entre guillemets, c'est que ce quartier qu'on appelle Nove mesto (signifiant nouvelle ville en tchèque) date tout de même du XIVe siècle. C'est Charles IV, seul empereur du Saint Empire romain germanique qui fut tchèque, qui décida de créer ce quartier car la ville prospérant, il fallait l'étendre. Ce fut un succès car les gens de la campagne et de la Vieille ville assujetis aux riches vinrent s'y amasser même si au départ, la construction architecturale fut un peu anarchique car sans réelle cohérence.

 

La place est assez animée, les bars et les cafés vous accueillant à bras ouverts, chose à noter quand on sait que dans le Prague out, je vous avais fait remarquer l'accueil un peu glacial de nos 'amis praguois". Pour ceux qui voudraient danser, les clubs et les discothèques se réunissent là pour vous faire passer un moment d'éclate à la rencontre de la jeunesse praguoise. J'ai lu dans certains guides que le quartier était plutôt mal famé. Je n'ai pas eu cette impression pour ma part, peut-être aussi parce qu'étant 5, ce n'est pas comme voyager à deux.

SAM_2191

Une place qui veut rompre avec le communisme

Cela vous paraîtra assez bizarre qu'une place ni ronde, ni carrée, ni fermée sur elle-même mais plutôt rectangulaire et assez ouverte soit le centre névralgique du pays lors des grosses occasions. Et c'est pourtant là que se déroulent les manifestations officielles et les autres. En 1918, soit à la fin de la Première guerre mondiale, c'est là que les légionnaires tchèques accompagnèrent le président Masaryk à son retour d'exil. C'est malheureusement ici que les troupes allemandes défilèrent en 1939 après l'annexion de la ville. Les tanks soviétiques firent de même en 1968 pour réprimer le printemps de Prague, tristement célèbre car les Soviétiques punirent avec sévérité ceux qui demandaient plus de libertés. Plus heureux, la foule si heureuse acclama le président progressiste de la révolution de velours (celle qui aboutit à la séparation pacifiste avec la Slovaquie) Vaclav Havel.

 

Enfin, il y a cette statue de Venceslas, le saint patron de la Bohême autour de laquelle les Praguois aiment se réunir. 4 autres grandes figures de la Bohême l'entourent comme un halo de protection: Ludmila, Agnès, Procope et Adalbert. A proximité, un petit mémorial commémore les victimes du communisme dont la plus célèbre d'entre eux, le jeune étudiant Jan Palach qui s'est immolé par le feu afin de se faire entendre. L'appel ne fut pas reçu par les communistes imposèrent encore et toujours leurs envies aux démocraties populaires pendant la guerre froide. Souvenez vous de tout ça quand vous foulerez une place car celle-ci est un véritable lieu de mémoire.

SAM_2199

Un saint entouré par les saints

Un personnage qui a fait Prague: Venceslas

File:Wenceslaus I Duke of Bohemia equestrian statue in Prague 1.jpg

Saint Venceslas, patron de la République Tchèque

Il est le saint patron des Tchèques comme je vous l'ai dit. Il est temps que je vous explique pourquoi maintenant. Petit fils de Ludmila, canonisée elle aussi, sa grand mère fut assassinée par sa mère. Venceslas devint roi en 921 dans un temps où le pouvoir du roi devait être morcelé avec celui des autres seigneurs mais aussi aspiré par l'empereur du Saint Empire romain germanique dont le pouvoir commençait à s'étendre au Xe siècle. Ce roi fut chrétien, chose importante à préciser car c'est le moment où l'Eglise évangélise les populations païennes de l'Est et du Nord de l'Europe. Sa foi se caractérisa parce que le jeune roi fit édifier une église consacrée à Pierre et Paul. Il fut battu par l'empereur du Saint empire romain germanique, Henri Ier l'Oiseleur et fut contraint à lui prêter serment de fidélité comme un vassal à son suzerain mais aussi de lui payer un tribut annuel. Cette inclinaison face à l'empereur lui permit d'obtenir les reliques de Saint Guy et de les placer dans l'église qui devint la future cathédrale. Il fut assassiné pour des raisons encore inconnues par les historiens par son frère Boleslav, surnommé Boleslav le Cruel. Peu importe les raisons, aux yeux des Chrétiens, lui et sa grand-mère Ludmila passèrent à la postérité en tant que martyrs et furent canonisés. Saint Venceslas était narré dans les légendes médiévales et donna son nom à la grande place praguoise. D'ailleurs, le prénom Vaclav-Venceslas est encore le nom le plus répandu parmi les Tchèques.

 

Quelques renseignements sur la place Venceslas:

- Pour vous rendre sur la place Venceslas, prenez l'arrêt de métro Mustek ou Narodni trida.