Nous avions débuté l'année à l'Est l'an dernier avec Budapest, j'avais envie de poursuivre dans cette voie en inaugurant la première ville de l'année avec Prague. Vue du ciel, Prague a l'allure d'une vieille ville mais qui ne part pas en décrépitude. Elle est un peu comme une boule de neige dont le décor flamboie sous les flocons. Et pourtant, ce qu'elle fut maltraitée. Aujourd'hui, oublions tous les malheurs car Prague a bien réussi sa réhabilitation et fait partie intégrante des plus belles capitales d'Europe et peut aisément en terme touristique rivaliser avec Londres, Paris, Budapest, Vienne ou encore Amsterdam

SAM_2273

Plusieurs couches d'histoire superposées à Prague

C'est d'abord un musée médiéval. Longtemps païenne avant d'être christiannisée, Prague a fait de son premier roi Venceslas, un saint et un symbole de la cité entière. Longtemps intégré au Saint Empire romain germanique, celui qu'on appelait le royaume de Bohême ne lui a donné qu'un seul empereur: Charles IV. Mais quel empereur! Charles IV a poursuivi la poltique du tsunami gothique qui ravagea le paysage praguois et y fit construire ce qui à mes yeux est le plus beau pont du monde: le pont Charles. A côté, la magnifique cathédrale Saint Guy est une des églises gothiques les plus spectaculaires d'Europe.

SAM_2155

Prague, version gothique

Prague, c'est aussi la Renaissance et le baroque. En effet, cette ville résume à elle seule les guerres de religion du XVIe et XVIIe siècles. La Réforme fut initiée par Jean Hus, dont on retrouve la statue sur la place, qui allait donner des idées à Luther par la suite. On peut dire que tout a commencé à Prague avant de commencer en Allemagne. En 1618, c'est à Prague que la guerre de Trente ans, guerre qui opposa jusqu'en 1638 les puissances européennes pour des questions religieuses mais pas seulement, prit ses racines après que des protestants aient balancé par la fenêtre les représentants catholiques de l'empereur. De là, l'Eglise réagit et les catholiques reprirent Prague dans un bain de sang et décidèrent d'y appliquer la Contre Réforme de manière stricte, ce qui explique qu'aujourd'hui, Prague possède la plus belle des églises baroques: l'église de Mala Strana

SAM_2397

Prague, version baroque

Enfin, Prague ne fut pas meurtrie que par les Catholiques mais aussi par les Soviétiques. L'Armée rouge ne fut pas tendre lors de l'occupation. Prague rata son printemps en 1948 et la place Venceslas rappelle des souvenirs de ses étudiants morts pour la liberté. Aujourd'hui, le communisme a disparu et Prague retrouve ses couleurs étincelantes, respire enfin, attire du monde. A Prague, une énorme partie de l'histoire européenne s'est jouée et c'est surement cela que j'aimerais vous faire retenir ce mois-ci à travers un top 10 très riche.

SAM_2205

La place Venceslas, haut lieu de la guerre froide