Il le faut bien mes chers amis. Il est essentiel de partir à la découverte de notre patrimoine de temps en temps, ce que j'ai délaissé au profit de beautés paysagères, les lacs en ligne de mire. La Carinthie possède aussi une architecture atypique se corrélant à une culture très pieuse.

 

SAM_7918

Toute en simplicité?

C'est donc à la cathédrale de Gurk que nous arrêtons le moteur de notre voiture cette fois-ci car il doit souffrir avec toutes ces routes de montagne (en réalité, les routes sont très facilement pratiquables). 1 petite heure vous suffira, d'autant que la visite est gratuite. Pendant longtemps, Gurk fut l'évêché de la Carinthie avant de laisser sa place à Klagenfurt. Même si les façades sont toutes en sobriété, les deux tours mettent un peu de piment à cet ouvrage religieux. J'apprécie toujours leur forme en bulbe, ce qui atténue l'idée de légereté comme si ici, les Autrichiens restaient humbles et à l'inverse des cathédrales gothiques n'ont en aucun cas envie de flirter avec Dieu. Une façon peut être de rappeler que l'Homme n'est pas son égal. Passons outre mes hypothèses et remarquons quand même que des fenêtres géminées baroques annoncent un sursaut d'arrogance religieuse. C'est tout à fait normal quand on sait que l'Autriche est demeurée catholique lors des guerres de religion qui ont mis feu et à sang l'Europe. Malgré tout, l'extérieur est plutôt tout en retenue mais à l'intérieur, vous aurez le souffle coupé.

 

Rien qu'en passant le porche, c'est l'émotion qui nous envahit avec les fresques romanes sur les murs relatant les sempiternelles histoires de l'Ancien et du Nouveau Testament. En poussant les portes, vous pénétrez dans un tout autre monde avec au fond le superbe maître hôtel baroque dont je ne trouve aucune photo sur le net et je n'ai pas pu en prendre moi même car les photos sont interdites et je suis un défenseur du patrimoine et de sa conservation. Ce maître hôtel est l'un des plus saisissants qu'il m'ait été donné de voir. Entièrement en or et avec des personnages grandeur nature (72 statues et 82 têtes d'anges), il pétrifie les fidèles et les non fidèles. La profusion d'or peut provoquer des écoeurements pour les non aficionados du baroque. Pendant le Carême, l'autel est masqué par un Fastentuch, un immense voile qui cache l'oeuvre durant cette période de pénitence.

SAM_7914

De sublimes fresques romanes

 

En ressortant, c'est le cimetière qui entoure l'église, ici très fleuri et colorée qu'on dirait des terrasses de jardin plutôt que de sépultures. Un petit tour parmi les morts avant la visite de nouveaux paysages.

 

SAM_7911Des restes d'art roman