Après une prouesse technologique avec la Fernsehturm, penchons nous sur la tour de l'or de Séville, oui car c'est bien ce que veut signifier "Torre del Oro". Cette tour n'avait aucune ambition réellement artistique à la base et ne souhaitait pas atteindre des cieux inimaginables. Sa construction date en fait de la période almohade, une dynastie marocaine installée à Séville du XI au XIII e siècle car si vous avez bien suivi vos cours d'histoire, une bonne partie de l'Espagne à cette époque était aux mains des Musulmans, ce qui amena l'Eglise a lancé la Reconquista, sorte de grosse croisade locale. Les Musulmans seront chassés assez vite, en 1282, quand on sait que la prise de Grenade, dernier grand bastion, n'aura lieu qu'en 1492.

La façade sud-est de la Tour de l'Or

 

Une tour militaire qui garde votre or.

Tout ça n'explique en rien le fait qu'elle soit surnommée tour de l'or. La réponse, si vraiment il y en a une tant les interprétations divergent, serait que c'est parce qu'elle a abrité l'or des Indes à un moment. Pour rappel, depuis la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb en 1492, le port de Séville s'est développé de manière fulgurante et commerce avec ces nouvelles contrées à vitesse grand V. L'enrichissement de la ville est une conséquence directe. D'autres diront que c'est parce que des azulejos brillants y ont été découverts alors que d'autres encore disent que la chaux mélangée à de la paille lui donnèrent un aspect doré. Je ne m'enquiquine pas avec tous ces détails et je vous laisse choisir la solution qui vous convient le mieux parmi les  trois citées.

 

Finalement, aujourd'hui la tour de l'or reste un symbole de Séville a été reconvertie en musée de la marine et retrace les liens de Séville avec la mer mais aussi avec son fleuve le Guadalquivir. Les tours, quand elles ne servent plus à rien, servent toujours.