"Tu ne seras un slovène que quand tu te seras hissé au sommet du mont Triglav". C'est la phrase que pourrez vous balancer la Slovénie si elle s'incarnait dans la figure d'une femme sans pitié et ce depuis le règne des Hasbourg où c'était un passage obligé pour faire montre de son identité ethnique. Vous savez donc ce qu'il vous reste à faire si vous souhaitez être adopté des Slovènes: gravir 2 864 mètres.

File:Triglav.jpg

 

Le mont Triglav entre le ciel, la terre et les enfers

 

C'est donc tout à l'est du pays que se trouve l'Olympe national, un monstre de relief qui de loin effraie et dont on imagine que beaucoup de randonneurs chevronnés ont péri. Appelé mont Triglav car c'est un monstre à trois têtes, une hydre de Lerne dont on a préféré conservé 3 morceaux au lieu d'en découdre avec plusieurs. Les Slaves croyaient réellement que le sommet abritait une divinité à trois têtes qui régnait à la fois sur le ciel, la terre et les enfers. Sa magnificence ne date donc pas d'aujourd'hui. Pourtant, le parc national du Triglav foisonne de richesses naturelles (grottes, ruisseaux, rivières, canyons...) mais aussi d'autres montagnes rocheuses comme le Mangart culminant à 2 679 mètres à la frontière italienne ou encore le Jalovec à 2 645 mètres. Vous avez beau avoir tous les arguments et pourtant, les Slovènes sont obnubilés par ce temple des dieux grandeur nature qui est plus grande de 150 mètres que les deux autres sommets cités. La neige est comme une robe blanche symbolisant le mariage de la Slovénie avec sa nature.

File:Triglav iz Vodnikovega doma.JPG

 

Au sommet

 

Les promenades à pied vers le mont Triglav sont bien sur possibles mais très difficiles. Devenir un vrai slovène ne se fait pas en un claquement de doigts et exige des efforts de votre part. Si vous vous dites: "Et si cette aprem, on allait gravir le mont Triglav?", vous regretterez vite votre manque de discernement. En étant le meilleur et en prenant le circuit le plus court, vous effectuez l'aller retour en 12 heures. Alors quand on n'est pas habitué aux randonnées musclées, la durée s'allonge très très vite d'autant que la nuit tombe plus tôt qu'ailleurs en Slovénie, même l'été. Il est donc temps de bien suivre mes conseils si vous n'avez pas envie que le mont Triglav ait raison de vous.

 

De nombreux renseignements:

- c'est l'office du tourisme Kartografija qui vous donnera les meilleurs renseignements: http://www.kartografija.si/ (le site si certains sont slovénophiles)

- Le mont Triglav est inaccessible de mi ou fin octobre à début juin. En été, c'est en juin et dans la première quinzaine de juillet qu'il pleut le plus. Les meilleurs moments pour participer à cette randonnée grandiose sont fin juillet, août, septembre (encore mieux car moins de touristes) et début octobre. Faites très attention à la météo car des plaques de neige subsistent encore en juillet et les amplitudes thermiques peuvent atteindre 20°C sans oublier les orages violents.

- Liste du matériel indispensable: bonnes chaussures de marche, vêtements chauds (même en été), chapeau, gants, vêtement de pluie, carte, boussole, sifflet, lampe frontale, trousse de premiers secours et provisions d'urgence.

- Il y a plus de 20 trajets différents pour accéder au mont Triglav. Je vous en propose 2:

. au départ du lac de Bled où vous partez de Rudno Polje (1 347 mètres), sur le plateau de Pokljuka, à 18 kilomètres au sud-ouest de Bled. L'aller retour peut se faire en 12 heures pour les plus expérimentés.

. au départ du lac de Bohinj où vous partez de la cascade de Savica, à l'ouest du lac Bohijn. Ce trajet est beaucoup plus long car il vous prendra 3 jours. Il est donc très utile d'étudier la liste des refuges au préalable.

- Il y a de nombreux refuges au mont Triglav. Ils ne sont jamais séparés de plus de 5 heures de marche les uns des autres. On ne vous refusera jamais l'entrée à un refuge en cas de mauvais temps mais certains peuvent être bondés le week end.

- le bivouac est interdit au mont Triglav.