Alors que la Renaissance y a pris racine, l'histoire de Florence commence bien avant. Elle commence au Moyen Age. 

 

En fait, la Renaissance s'est aposée aux constructions déjà existantes. A ceux qui pensent que le Moyen Age n'était qu'un temps de barbarie sans art, détrompez vous car la Renaissance y prend ses appuis et vient souvent se mêler aux édifices de cette période, voir vient les compléter. C'est exactement le cas avec le Duomo ici. Certes, ce qui colle notre oeil à la cathédrale est sa superbe coupole by Brunelleschi, datant bien pour le coup du post Moyen Age en terme artistique. Cependant, il ne faut pas en oublier la base toute aussi impressionnante. Immaculée de marbre blanc de carrare, la façade est tout simplement divine avec des couleurs épurées tout en étant paradoxalement clinqantes qui en jaillissent.

SAM_0240

Avant la coupole, il y avait une base

 

Alors que le Duomo a trop d'embompoint, ce pataud de marbre est concurrencé au concours de beauté par le svelte campanile dans les mêmes tons de marbre que sa voisine. Ici, c'est une harmonie de lignes droites élancées atteignant des hateurs de 87 mètres qui s'est aussi lancée pour défi de surplomber la ville. C'est Giotto qui en a conçu les plans en 1334 mais mourut en 1337. Pourtant, l'édifice fut bien achevé au XIV e siècle.

SAM_0239

Le svelte campanile

 

Pour terminer cette osmose religieuse, un baptistère, l'endroit où on baptisait les chrétiens. Il baigne dans les mêmes couleurs que ses deux camarades même s'il semble une miniature à côté. Dans la forme pure, on admirera aussi ses portes en bronze avec que Ghiberti vienne y mettre son grain de sel.

SAM_0238

Avant Ghiberti, le baptistère se portait déjà très bien

 

Florence prouve qu'elle est plus riche que la "simple" Renaissance.