Oubliée aujourd'hui, Ypres était pourtant au Moyen Age une ville flamande florissante au même titre que Gand ou Bruges. Elle ne faisait certes pas partie des plus grosses villes d'Europe parmi lesquelles Paris, Milan, Venise ou encore Florence flirtaient avec les 100 000 habitants mais était assez peuplée pour en faire une ville commerçante d'envergure. Aux XIIe et XIIIe siècles, Ypres abritait donc 40 000 habitants. C'est grâce au commerce du drap, très réputé en Europe et même au delà car même le roi du Mali s'en procurait, qu'Ypres allait devenir prospère. Elle ne vendit pas ses productions jusqu'en Afrique mais l'Angleterre était son client principal. Les Anglais s'approvisionnaient abondamment en laine à Ypres. Mais pourquoi aujourd'hui la ville est-elle si effacée alors que Bruges et Gand font encore partie des hauts lieux de la Flandre? Tout simplement parce qu'au XIV e siècle, la guerre de Cent Ans entre la France et l'Angleterre fait rage et le roi de France prenant très mal les courbettes de la ville envers son ennemi juré décida de boycotter la ville et de ne plus rien lui acheter. C'est ainsi qu'Ypres perdant un marché très juteux sombra dans un déclin économique alors que Bruges la remplace sur la scène internationale, le drap aussi étant un produit de qualité là bas.

File:Belgie ieper lakenhal nacht.jpg

La halle aux draps, relique d'un passé

Mais de ces années médiévales, Ypres conserve un monument emblématique même si on le retrouve dans plusieurs villes flamandes: la halle aux draps et le beffroi. C'était donc là que se tenait le marché où on vendait le fameux tissu. Cette halle aux draps est flanquée d'un beffroi, emblême des villes flamandes et qui est l'endroit où on conserve les archives. Les halles ne sont plus celles d'époque et ont été reconstruites car détruites par la Première Guerre mondiale. Je vous incite fortement à redécouvrir cette ville médiévale oubliée et trop méconnue qui renferme des trésors sur plusieurs aspects de son histoire, le Moyen Age aux avants postes. 

 

Un petit éclairage sur les villes médiévales: Villes et textile

      Le drap, un si formidable marché pour les Européens. L'industrie textile connaît au Moyen Age certaines innovations qui permettent d'augmenter les rendements. Ainsi, au XIII e siècle est inventé le rouet qui permet de filer 5 à 6 fois plus de fil que le fuseau à crochet. Le moulin à fouler permet aussi d'extraordinaires progrès quand on sait combien le foulage au pied par un ouvrier était peu rapide. Longtemps, les villes flamandes ont gardé la primauté du commerce textile mais tout change à partir du XIV e siècle, notamment parce que les villes flamandes avaient perdu leur meilleur client: l'Angleterre à la fois à cause de la guerre de Cent ans mais aussi parce l'industrie lainière anglaise était en plein essor. Et de nombreuses autres villes se spécialisèrent dans la production lainière: ainsi la Normandie, les villes du Brabant (Bruxelles, Malines), d'Espagne (Ségovie), d'Angleterre (Bristol) ou d'Italie (Florence, Milan) prirent le relais. D'autres tissus furent extrêmement recherchés comme la soie après qu'on ait réussi à récupérer des vers à soie en Chine, ce qui rendit le pays du Soleil Levant fou de rage. Cette soie était maîtrisée à Florence et à Lucques avant de faire les beaux jours de la France à Lyon et à Tours. Les villes flamandes allaient devoir se reconvertir. D'ailleurs, c'est encore un peu ça: les villes doivent toujours se diversifier si elles ne veulent pas perdre la face.