La villa d'Este est un espace admirable pour qui souhaite aller à la douceur de l'ombre sous le cagnard italien. Entre jardins et fontaines au bon goût de Renaissance, la famille des Este a tout misé sur les extérieurs. Les fontaines ici sont comme des oasis très rapprochées et leur beauté ne sont en aucun cas des mirages de fraîcheur. Elles forment de mini cascades qui sont domptées mais aussi sauvages et pourtant elles ne sont qu'artifices. Superficielles peut être, l'allée aux cent fontaines ou la fontaine de l'Orgue auraient pu figurer dans ce top assez aisément (rien que d'en parler, je regrette déjà leur absence). Mais pourtant, alors qu'elle devait figurer en troisième position et qu'elle a pris plus d'importance dans mon coeur que prévu, c'est bel et bien la Fontana di Tivoli o dell'Ovato que je vous présente aujourd'hui.

 

La fontaine de Tivoli ressemble comme deux gouttes d'eau à un paradis pour les elfes ou autres fées des contes. Dans une nature luxuriante, c'est une fontaine qui ressemble plus à une cascade naturelle même si tout est créé de toutes pièces. Les cascades semblent sortir de gueules de créatures invisibles qui déversent leur colère. Pourtant, l'interprétation est toute autre et se lit dans la géographie. Tivoli, petite ville à quelques kilomètres de Rome et aussi place choisie par l'empereur Hadrien pour y bâtir sa villa Hadriana (classée 3e dans mon top 10 des sites archéologiques romains), fut la ville choisie par le cardinal Hippolyte II d'Este pour y prendre ses quartiers. Les fausses cascades représentent les cascades de l'Aniene tandis que les rochers qui la surmontent sont l'incarnation des monts de Tivoli. C'est d'ailleurs par cette cascade que les eaux de l'Aniene viennent alimenter la villa. Une sculpture, la Sibylle de Tibur, fait office de représentation officielle de la face humaine dans cet eldorado vert. Peu importe la façon qu'on a de la percevoir, qu'on se croit dans un décor à la Perraut ou dans un coin unique d'Amazonie, les frissons que l'on ressent brouillent nos émotions dans un sentiment d'extase. Purement maniériste, purement superficiel mais tellement agréable.