Vienne n'est pas en cage enfermée dans son passé ou alors elle sait le libérer à ce moment charnière qu'elle appelle la modernité. Ce style de villes qu'on admire comme Paris, Vienne, Prague ou encore Rome sont aussi victimes de leur succès: des villes musées à tout jamais figées quand d'autres comme Londres, New York ou Shangaï sont les lieux de la création et des projets architecturaux. C'est justement mal connaître ces villes qui peuvent encore nous surprendre. Et Vienne a joué le jeu. En 2001, elle crée un tout nouveau quartier consacré à la culture, le Museumquartier avec pas moins de 3 musées qui font le contrepoids mais qui au fond sont complémentaires au musée des Beaux arts non loin de là. Les musées Léopold, moderne et des enfants sont les nouveaux temples de l'art. Ce quartier avec ces drôles de transats où chacun se presse pour avoir une place est aussi le lieu de rendez vous, de la danse et du théâtre. Mais s'il ne fallait en retenir qu'un seul, c'est le musée Léopold. Adieu les Sisi, Marie Thérèse ou vieux empereurs, entrez dans un art totalement sécessioniste.

SAM_8622

Le Museumquartier, un coin culture et détente

La Sécession viennoise est donc à l'honneur alors que des pièces sont déjà exposées au Belvédère et que le pavillon de la Sécession abrite la Frise de Beethoven. Ici, du Klimt encore mais un peu moins. Celui qui est mis à l'honneur est Egon Schiele, faisant partie de la deuxième vague de la Sécession viennoise et dont le rez de chaussé qui l'expose montre un art encore plus provocateur entre nudité distordue, sentiment d'oppression, remise en cause de la figure maternelle et le sexe féminin peint sans décomplexion. Je me demande parfois si je ne le préfère pas à Klimt même si le personnage s'avère à maintes reprises détestables. Quoiqu'il en soit, ce musée est là pour vous prouver que Vienne est encore capable de lancer des tendances.

 

Quelques renseignements:

         - le musée Léopold se situe dans le Museumquartier. Pour y accéder en métro: U2, 3 arrêt Volkstheater, U3 arrêt Neubaugasse

        - Horaires: Tous les jours de 10h à 18h sauf le mardi

                        Jeudi ouvert de 20 à 21h

                        Ouvert tous les jours en juin, juillet, août

       - Tarifs:

                      . Plein tarif: 12 euros

                      . Etudiants (moins de 28 ans), handicapés, personnes sans emplois: 7 euros

                      . Seniors: 9 euros

                      . Billet combiné avec le musée des Beaux arts: 22 euros, tarif réduit: 17 euros, Groupes (10 personnes): 17 euros

 

Il était un personnage: Egon Schiele

 

 Description de cette image, également commentée ci-après

Egon Schiele suit les pas de Gustav Klimt dans le mouvement de la Sécession viennoise et on peut même dire qu'il est plus ou moins le leader de cette seconde vague. Malgré tout, les peintures des deux grands n'ont pas grand chose à voir, sinon qu'ils rompent avec le clacissisme d'époque. Très vite d'ailleurs, il s'écarte du Jugendstil (autre nom donné à la Sécession viennoise). Il se tourne vers les portraits et autoportraits aux corps distordus voir parfois squelettiques et même nus voir pornographiques (Egon Schiele n'hésitera pas à se peindre en érection). Il rencontre en 1911, à l'âge de 21 ans, Wally Neuzil, une femme à la réputation sulfureuse qui devient sa modèle et par la suite sa compagne avec qui il emménagera. La carrière d'Egon Schiele est bien sur entachée par des scandales. Lorsqu'il présente ses oeuvres en 1912 à Vienne, on lui reproche ses dessins à caractère érotique qui émoussent la bonne morale publique mais surtout qui peuvent choquer les âmes des enfants. Ainsi, Schiele sera détenu pendant 21 jours. Il rompt en 1913 avec Wally et sa renommée par la suite ne cesse de prendre son envol. Budapest, Cologne, Paris, Rome, Munich ou encore Berlin lui tendent les bras. Par la suite, il s'adonne à la peinture de paysages, ce qui pour ma part est la partie la moins intéressante de son oeuvre mais cela reste subjectif. Cependant, à l'image de son dessinateur, ces paysages ne respirent pas l'optimisme. Il s'éteint très jeune en 1918 à l'âge de 28 ans mourant de la maladie qui provoque des morts en cascade: la grippe espagnole.

File:Seated male nude (Self-Portrait) Egon Schiele 1910.jpg

Un nu masculin de Schiele ou l'oeuvre d'un dégénéré selon certains