C'est la refonte (des neiges. ah ah ah c'est pas drôle) totale chez Lonely planet. Après que leurs guides aient fait peau neuve, c'est au tour du magazine de subir un lifting. J'avoue que quand j'ouvrais et feuilletais (voir cornais les pages) des différents magazines de voyage, je ne vouais un culte qu'à Géo voyage et méprisais le Lonely planet le considérant avec dédain comme les restes des guides. Je me suis trompé et il est temps de faire amende honorable.

Cela fait 20 ans que le guide existe en France. Pourtant le magazine lui est un jeunot chez nous dans le monde de l'édition puisque son premier numéro ne paraît qu'en mars 2010. Lancé en Grande-Bretagne en 2009, il s'est décliné dans des versions japonaise, brésilienne, indienne ou encore allemande mais chacun avec ses spécifités propres. 

 

Ce magazine Lonely planet alterne entre le bref et les longues tirades soigneusement préparées. Il se veut le chantre d'un tourisme plus indépendant, plus en accord avec les autochtones et surtout en dehors des sentiers battus. C'est un peu la même trajectoire vers laquelle se dirige Géo voyage qui en terme de longévité a été lancé à peu près au même moment. Mais le Lonely planet magazine profite de son expérience de guide et ça se sent. Ce n'est pas un reproche fait à son concurrent mais un plus sorti de son chapeau. Plusieurs fois, il se réfère à ses guides déjà existants sans jamais les pomper mais tout en en faisant gracieusement la publicité, ce qui peut gêner parfois mais pas tellement car on se doute bien que ce bimensuel est le prolongement d'une stratégie marketing bien huilée. Ce Lonely planet magazine est en soit un mini guide mais qui s'éparpille sur plusieurs destinations. 

 

Commençons par mes rubriques coup de coeur:

- Merveille du monde. Un coup de projecteur sur un lieu emblématique comme le Mont du Temple à Jérusalem ou plus récemment sur la Maison Blanche qui apporte des éclairages nouveaux et semant ici et là des anecdotes croustillantes. Ainsi, sur la Maison Blanche, on apprend qu'il y a une piscine sous la Briefing Room, que Michelle Obama a apporté sa touche potager ou encore que Roosevelt a fait construire une salle de cinéma où George W.Bush y a visionné ... Austin Powers.

- Carte postale. Ce sont ici les lecteurs (enfin les doués) qui prennent des clichés de leurs voyages de baroudeurs d'endroits insolites ou de moments de vie uniques.

- 10 idées de voyages faciles. Des destinations idéales pout un petit week end qui permet de mettre en avant de petits patelins qui ne sont que des lieux où on ne s'attarde jamais trop longtemps: Blois, Cadaquès ...

- Les dossiers sur les pays ou les régions toujours bien écrits et qui ne sont pas destinés aux touristes mais bel et bien aux travellers qui veulent partir à la rencontre des populations. Dans ces dossiers, on retrouve le "Votre voyage en 5 étapes", une formidable façon de traverser le lieu sélectionné entre gastronomie, nature et culture.

- Le top 5 d'un thème ou d'une ville comme le Marseille Provence 2013. Et là, on sort bel et bien des sentiers battus et on colle véritablement à l'actualité.

- Pour terminer, les Mini guides, des feuillets détachables qui proposent des lieux en rapport avec des thèmes et qui vous proposent le meilleur testé par des auteurs aguerris et véritablement connaisseurs. Quelques exemples: "Aventures en Islande", "Les pubs du Lake district", "Gastronomie à Copenhague", "Nuit blanche à Tokyo"...

 

Le must du must, c'est l'adaptation à tous les publics. A chaque lieu présenté (et il y en a beaucoup en 100 pages), Lonely planet magazine propose différents types de transport dans différents prix, n'oubliant jamais les compagnies aériennes low cost. Et surtout, pour les dossiers, des adresses d'hébergement, de sortie et gastronomiques selon 3 gammes de budgets différents où vous pourrez dénicher de véritables bons plans. Lonely planet magazine a réussi son pari: me rendre addict de ses conseils et de lui même mais surtout et aussi, continuer à casser ma tirelire pour découvrir les merveilles de ce monde.