Un champ Elysées en miniature pour Vienne qui n'a certes pas l'allure démesurée d'Oxford Street, de Times Square ou des Champs Elysées, qui n'a pas non plus la saveur méditerranénne de la Rambla mais qui possède cependant un certain cachet. Les magasins se concentrent dans le Graben non loin de la cathédrale Saint Etienne qui flamboie grâce à ses tuiles multicolores. Graben vient du verbe creuser en allemand et est appelé ainsi car la rue est située pile à l'endroit où les Romains avaient creusé un fossé lorsque la capitale autrichienne n'était encore une cité antique. 

 

SAM_8672

Houra, la peste s'en est allée

 

Les boutiques ont des devantures luxueuses sur le Graben et abritent les multinationales du prêt à porter tel qu'H & M. L'église Saint Pierre avec son toit en voûte nous charme aussi mais ce qui nous interloque surtout, c'est cette colonne baroque: la colonne de la Peste. En effet, au XVII e siècle, une épidémie de peste fit rage à Vienne et même dans une bonne partie de l'Europe (des villes comme Florence ou Londres furent elles aussi touchées). Très pieux, les habitants de cette époque s'en remirent à Dieu par diverses prières mais aussi en lui promettant certaines choses. C'est ainsi que l'empereur de l'époque, Léopold Ier affirma que lorsque l'épidémie disparaîtrait, il érigerait une colonne de la Peste en l'honneur de Dieu, le seul à pouvoir l'arrêter. Il tint son engagement et la colonne fut élevée en 1693. A l'époque, l'art baroque avait inondé l'Europe catholique en réponse enragée au protestantisme qui se voulait sobre: c'est pourquoi la colonne de la Peste est ornée de dorures et les mouvements sont très bien rendus, ici des anges sur des nuages qui s'élèvent jusqu'au ciel. On y voit même l'empereur en prière. Des colonnes de ce type, il y en eut des tas en Autriche mais aussi à Vienne car 2 d'entre elles encerclent l'église Saint Charles de Boromée dans le style de la colonne trajanne.

 

SAM_8673

Le blason de Léopold Ier sur la colonne de la Peste

 

 

Il était un grand homme: Léopold Ier

File:Benjamin von Block 001.jpg

Léopold Ier, un souverain sexy.

Cet empereur habsbourg a échappé au pire. En effet, né à Vienne en 1640, il était le cadet et était destiné à l'Eglise et non pas à régner. Et comme le malheur des uns fait le bonheur des autres, la mort de son frère aîné lui permit de devenir empereur à sa place. Léopold Ier accéda donc au trône à 14 ans et se voulait être un souverain pacifique. Malgré ses rêves bucoliques, il dut faire énormément la guerre. En première ligne contre l'ennemi turc. Les Ottomans qui s'étaient déjà emparés de la Hongrie et d'une partie de Budapest avaient réussi à entrer aux portes de Vienne. Toute l'Europe tremblait car après Vienne, les valves étaient ouvertes pour une occupation de l'Infidèle. La ville fut assiégée mais les troupes de Léopold Ier et son allié Charles V duc de Lorraine réussirent à repousser les Turcs hors la ville. Il permit aussi à la Hongrie de retrouver certaines de ses possessions. L'un des autres grands ennemis de Léopold Ier fut le roi Soleil. En effet, il s'engagea contre Louis XIV dans la guerre de Succession d'Espagne et Léopold Ier avait même accueilli un ancien officier du bon Louis très doué dont nous reparlerons plus tard, Eugène de Savoie. Et bien sur, il dut faire face l'épidémie de peste qui contamina son pays d'où la colonne de la Peste qu'il érigea.