Les stades de foot voient parfois leur ambiance mise à mal par des supporteurs un peu trop excessifs dans leur réaction, ne respectant aucunement l'adversaire et ses partisans. Ils sont appelés les hooligans dont les clubs anglais se sont faits un peu les spécialistes. Des drames, il y en a eu dans le sport entre supporteurs fêlés. Et le premier remonte à l'Antiquité. Laissez moi vous conter une histoire anti fair play qui s'est déroulée à Pompéi.

La peinture qui commémore

Une peinture prélevée du célèbre site archéologique, qui tombe en ruine suite à la mauvaise gestion de l'humidité et l'afflux de touristes qui se ruent vers le lupanar, a été prélevée et est désormais conservée au musée archéologique de Naples. Elle nous prouve à quel point le sport déchaîne les passions depuis des milliers d'années. C'est Tacite qui nous a fait parvenir cette histoire, grand historien romain. Comme toute cité importante, Pompéi s'était dotée d'un amphithéâtre où on y organisait des combats de gladiateurs. Sauf qu'en 59 après JC, quelques années avant la célèbre éruption, une de ces luttes acharnées allait tourner vinaigre. Des habitants de Nocera, venus encourager leurs chouchous, ont vite haussé le ton face aux Pompéiens. Le ton monte, les poings sortent, les poings cognent, les poings tabassent ... Coups et blessures, tout est permis mais ce ne sont plus ceux sur le ring de l'amphithéâtre qui les donnent mais bien les supporteurs entre eux. Comme si les poings n'étaient pas suffisants, pierres et armes furent utilisées et de nombreuses personnes périrent dans cette malheureuse bataille improvisée. Les habitants de Nocéra furent même transportés à Rome criblés de blessures. Un peu comme un après soir de beuverie dans un hôpital. Les larmes coulaient à flots, celles des mères ayant perdu leurs fils ou les fils et filles ayant perdu leurs parents. L'organisateur de ces jeux, Livinéius Regulus, fut même banni de la cité. La sanction fut lourde pour Pompéi qui se vit interdire la tenue de ces jeux ô combien populaires pendant 10 ans. Néron eut été bien brave puisqu'il les autorisa de nouveau assez vite. Mais l'épisode avaient traumatisé les Pompéiens qui ulcéraient les Nocériens comme l'attestent de nombreux graffitis. L'un d'eux est évocateur: "Maudits soient les Nocériens". Le sport défoule les passions et ce n'est pas quelque chose de nouveau.