Pour débuter ces petites anecdotes, il faut que je vour raconte l'un des traumatismes de mon enfance. Un jour, une amie, ma soeur et moi décidions de jouer à un jeu anodin: cache cache. Je devais donc trouver une cachette au plus vite car grand compétiteur que je suis, j'accepte très mal la défaite. Seulement voilà, je me cache dans la cave au sous sol de la maison qui faisait office de salle de bains. Et là alors que je n'avais encore que 7 ou 8 ans, si mon âge reste vague, la vision de ce moment reste intacte. La grand-mère de cette amie, Simone, sortait à cet instant nue de la douche. C'est ainsi que fut l'un de mes premiers rapports au corps féminin. Un souvenir affreux d'un gosse de 7 ans face à la nudité mais les corps sans habits allaient pourtant le suivre jusque dans ses périples. Voici donc un tour de mes 5 meilleures petites anecdotes: "Tout nu mais pas toujours bronzé".


5) En coup de vent

Barcelone, la ville que m'avait fait découvrir mon ex meilleure amie. Je pensais tout partager avec elle et pourtant j'étais loin du compte. Nous décidâmes pour notre dernier jour à Barcelone juste avant de reprendre l'avion de nous prélasser sur la plage. Maillot de bain pour moi, robe noire pour elle. Tout était propice à l'oisiveté, à la tranquillité jusqu'à ce que les vents marins soulèvent la robe de cet ex amie. N'imaginez pas un remake de Maryline Monroe car elle n'est déjà pas blonde et en plus, elle ne portait pas de culotte, ce que j'ignorais. Mes yeux avaient buté sur sa lulune comme disent les enfants, elle remettant vite fait sa robe en place n'ayant pas vu que j'avais vu. Plus un mot ne sortait de ma bouche après ça et je pensais avoir eu la berlue. Un an après, elle m'avouait qu'elle ne portait que très rarement des culottes.

4) Oh mais c'est une loute

A Sitges, pas loin de Barcelone et toujours sur une plage (décidément), c'est les pieds dans l'eau que je me promenais avec une ex amie mais pas la même (on dirait une redite) que je marche le long de la plage. Nous avançons lentement, l'eau brisant un peu nos mouvements. Au loin, un gros rocher où on aperçoit 4 jeunes. On ne fait pas attention mais je regarde avec insistance au loin et nous voyons que monsieur n'a que pour seul apparat sa tenue d'Adam. Pouffant de rire, nous détournons le regard à l'horizon sans comprendre que nous aterissions sur une plage naturiste.

3) Je ne veux pas devenir ça plus grand

Quittons l'Espagne pour la Hongrie. Budapest, ville à qui j'ai consacré le premier mois du blog est la ville par excellence en ce qui concerne les bains. Ce n'est pas dans les bains que je fus face à la nudité ambiante. Aux bains Lukacz bien moins chauds que les autres, je fus content de prendre une bonne douche pour me réchauffer en ce mois de février. Lorsque je sors, j'entends quelqu'un siffler sortant de la douche: un papi bedonnant carrément à poil. Pitié, que dieu préserve mon corps de la vieillesse car ça ne donne pas envie!

2) Simone bis repetita

J'habite le Nord et les plages du Nord sont assez fréquentées par les Néerlandais lorsqu'arrivent les beaux jours. Mais les Néerlandais sont comment dire, plus libérés que nous et d'après ce que j'ai compris plus adeptes au naturisme. Souvenez vous de Simone, cette grand mère que j'avais vu ressortir nue de la douche. Il s'avère que je n'en avais surement pas eu assez. Une mamie néerlandaise pour se changer enlève le haut devant moi. Serpillères amarrées. Mais lorsqu'elle enlève le bas et se retourne dans ma direction, je me retrouve en plein cauchemar. Et dire qu'avant cela, j'étais sur le ventre car j'avais une érection. D'un coup de grand mère magique, elle disparut.

1) Seul au monde sur une plage naturiste

Un ami m'a demandé, tout juste la semaine dernière de l'accompagner sur une plage naturiste à Oostende en Belgique. Oui, j'ai des amis bizarres qui à la fois sont naturistes et quand ils vont à la plage, vont en Belgique. Pour lui faire plaisir, je veux bien l'accompagner à condition de garder mon maillot de bain. Deal accepté. Nous nous posons donc en pente sur le sable au milieu de corp plus ou moins agréables. Moins que plus, il faut l'avouer. Je me suis senti un peu décontenancé entre ces nouveaux hommes de Cro magnon qui me regardaient bizarrement, se demandant quand je lâcherai mon boxer de bain. Ils ne m'auront jamais vu à poil et je ne l'aurais été que l'espace de 3 secondes, le temps de pisser dans la mer du Nord, incognito. Je les voyais exhiber leur corps et se donner rendez vous dans les dunes. Pour y faire quoi? Devinez ... Le pire, c'est sûrement de se réveiller de sa bronzette en tombant nez à cul sur la vue d'un trou de balle pas rasé. Une expérience, certes mais qui restera la seule.