Dans le monde entier, Venise et Rio de Janeiro sont sur toutes les lèvres à la période de février pour admirer les carnavals. Il est pourtant en France un carnaval plus que centenaire que je n'ai eu qu'une minime chance de voir de très loin barré par les gradins: le carnaval de Nice. La Côte d'Azur d'ailleurs semble avoir misé sur le carnaval glamour en opposition à celui beaucoup plus paillard de Dunkerque mais ayant un brin de folie supplémentaire à celui de Venise car elle a aussi innové avec son célèbre carnaval de citron de Menton. Et il a tout appris à celui de Rio. Laissez vous emporter par la foule de clones, de mutants et de danseurs du monde entier.

 

Laissez vous contrôler par un roi totalement zinzin


C'est dans la douceur de février, à la fin de l'hiver que les carnavaleux donnent rendez vous aux touristes du monde entier pour leur transmettre la passion de la fête. Pourquoi février? C'est un climat agréable où les touristes ne se sentiront pas écrasés sous la chaleur du soleil le cul sur leur chaise. Un autre facteur quant à lui est historique et perpétue la tradition du tourisme d'hiver des aristocrates anglais du XIX e siècle. Enfin, après l'atout climatique et historique vient l'atout économique: il permet de prolonger la fréquentation touristique toute l'année. Mais c'est avant tout une oeuvre du patrimoine niçois qui dure 2 semaines qui sont résolument infernales.

File:Carnaval nice roi 2007.jpg

Un roi résolument barré: Jacques Chirac en 13 mètres de hauteur

Ce carnaval est un monde de cinglés, totalement barré où les géants sont des caricatures grotesques mais qu'on admire tant le travail de leurs confectionneurs est admirable. Ce sont des clowns élevés comme des collines qui prennent le pouvoir et déploient leurs tentacules de danseurs au sol comme dans le ciel. Oui, le carnaval de Nice est aussi un spectacle de haute voltige. Les corsi (corso au singulier) sont des chars de fleurs qui transportent ces figures et qui les promènent le long de la place Masséna (voir article: http://6continents.canalblog.com/archives/2013/07/16/27642701.html) et de la pimpante promenade des Anglais (voir l'article:http://6continents.canalblog.com/archives/2013/07/13/27623528.html)  dont le charme flamboie quand elle laisse l'impossibilité aux automobiles de s'exprimer. Ce sont des montagnes artistiques qui nécessitent 40 à 50 heures de préparation. Autant dire qu'avec le million de touristes qui vient chaque année, le carnaval permet de faire taire le chômage durant un temps. Ce cirque coloré nous cloue sur nos chaises et n'a rien à envier à Rio, surtout quand on sait qu'il favorise le multiculturel. Et parfois les caricatures politiques semblent tout droit sortir du plateau des Guignols. Que ça fait du bien dans une société française que je trouve assez souvent crispée.

File:Carnaval de Nice - bataille de fleurs - 1.jpg

La bataille de fleurs


Les fleurs sont leurs seules armes car la bataille de fleurs est l'instant fort de ce spectacle qui permet une véritable interaction avec le public. C'est assez paradoxal de se dire que ce sont des monstres qui entretiennent la joie mais le carnaval se veut être une parfaite représentation du paradoxe de notre société. Il n'y a plus aucune frontière à l'imagination. 90% des fleurs poussent sur le sol régional et permettent aux producteurs locaux de pouvoir vivre de leur passion. Mimosas, lys et marguerites sont les reines de cette boufonnerie.

Que nous réserve la prochaine édition? Elle se déroulera tout d'abord aux dates suivantes: du 14 février au 4 mars 2014 où vous pouvez déjà vous procurer le programme sur le site officiel. A chaque année son roi: le roi des mascarades, du sport ou encore celui des 5 continents pour 2013 laissent la place au roi de la gastronomie. J'attends de voir avec impatience ce que ces fous pacifiques vont nous concocter.

 

 

J'aurais longuement hésité à placer le carnaval en pole position de ce top 10 niçois mais 2 raisons principales me l'ont fait descendre de 2 places. A titre personnel, je n'en ai pas profité puisque je ne l'ai vu que de loin et que la foule s'amasse autour de ces géants fleuris. Si je n'ai pas pu apprécier le spectacle, c'est surtout parce qu'il était payant et je trouve que 35 euros pour 2 spectacles est assez cher car ce que j'aime dans la tradition carnavalesque, c'est qu'il brouille les frontières entre les différentes couches sociales. Malheureusement ici, Nice semble ne pas renier ses tendances aristocratiques.

 

En attendant, le lien du site officiel si vous souhaitez déjà réserver: http://www.nicecarnaval.com/