Avis totalement personnel pour clore en beauté ce mois consacré à la Forêt Noire. Dans tous les guides de voyage, les éditeurs auréoleront le mont Belchen que le mauvais temps m'aura gâché. Si l'on suit les avis du guide vert, on ne consacre qu'une étoile à cette randonnée de cascades. C'est pourquoi vous devriez suivre mes conseils précieux et ne rater en aucun cas votre rendez vous le plus tumulteux avec la forêt.

SAM_6583

La petite ville de Triberg, centre de l'industrie horlogère, apparaît comme une ville fantôme aux alentours de 18h en plein mois de mai. D'ailleurs, les restaurants étaient déjà fermés à 20h. Des châlets plantés ici et là semblent des décors sortis d'un parc d'attractions. Au loin, nous entendons de l'eau, celle-ci provient des cascades. Il nous faut trouver le départ du chemin de randonnée et là une caisse: et oui, ce n'est pas gratuit. Ce n'est pas bien cher me direz vous (3,80 euros) mais préparez de la monnaie. En complément, on vous propose l'option "écureuil" pour seulement un euro: des cacahuètes dans un sachet pour attirer ce mignon rongeur au pelage roux. Ca sentait l'arnaque pour touristes à plein nez mais mon beau beau frère a souhaité en acheter. Résultat, n'en ayant vu aucun, je me suis substitué à l'écureuil et à moi les cacahuètes. Au moins, j'ai parfait mon allemand: écureuil se dit: "Eichhörnchen".

SAM_6582

Pendant que nous étions à la recherche des Tic et Tac invisibles de la Forêt Noire, les eaux de la Gutach nous déroulaient le tapis paysager qu'elles avaient façonné: des cascades à la pelle. Dans un décor de rochers et de mousses, nos yeux nageaient en plein parc naturel aquatique duquel l'homme était écarté et ne faisait office que de simple spectateur. D'autant que c'est visitable 24h/24.

SAM_6593

J'avoue tout de même avoir flirté avec le danger. Les eaux de l'enfer vous attirent comme un aimant et ont failli m'engloutir à tout jamais. Un brin casse cou et surtout totalement imprudent, j'ai suivi mon beau beau frère qui sétait aventuré près des cascades. Mes chaussures de randonnée me donnaient une démarche d'éléphant et je n'avais pas jaugé l'humidité des roches. Patatra, me voilà tombé mais heureusement sur un autre rocher. J'ai donné un baiser à l'enfer et c'est exquis ... mais ça fait mal au cul. Ma Muttiline a pris soin de bien m'enguirlander, moi frêle jeune homme insouciant. Cette histoire sera relatée plus longuement dans un futur épisode des petites anecdotes. En attendant, voici, les lieux du crime:

SAM_6587

La randonné est assez rapide: entre 1h et 1h30 aller retour car on aime s'attarder, venir et aller dans cette nature loin d'être hostile ou alors elle ne l'est que de façade car nous l'avons totalement domptée. Il est temps de se tourner une dernière fois et de jeter un dernier regard à cette marée verte.  Notre cerveau conserve une dernière image mentale, une photographie à imprimer dans l'esprit. Car si la Forêt Noire veut nous faire croire qu'elle détient entre ses arbres les destins funestes de certains malheureux, elle n'est ni plus ni moins qu'un enfer de carte postale.

SAM_6603