Les cloches sonnent lourdement la fin de la messe et même si elles ne le savent pas encore, elles sonnent la fin d'un homme.

Aux origines de cette histoire sanglante, 2 clans: les Médicis et les Pazzi. Leur point commun: l'amour du cash et leur ambition de contrôler Florence. Seulement, depuis quelques années, la réputation des Médicis s'envole et ils font peu à peu main basse sur la ville. Leurs affaires sont florissantes jusqu'à l'arrivée de Laurent le Magnifique, grand amoureux des arts qui invite quantité peintres, poètes ou encore philosophes à sa cour. Il peut compter sur le soutien de son frère Julien. Malheureusement, Laurent le Magnifique ne s'est jamais véritablement intéressé aux affaires commerciales et son peu d'entrain finit par ruiner l'entreprise familiale bâtie depuis des générations.

                 Laurent le Magnifique ou Boucle d'or                                 Julien de Médicis ou Boucle noire

De l'autre côté, les Pazzi, riches banquiers eux aussi qui n'ont jamais rogné leurs ambitions de faire de Florence leur fief. Ils possèdent de nombreux palais et une tour de guet au cas où. Ils mènent de vastes campagnes à travers l'Europe pour se faire les banquiers des grands princes, changeurs ou prêteurs sur gage. Le patriarche, Jacopo, eut l'occasion rêvée de s'allier aux conjurés qui détestaient les Médicis. Ce n'était pas non plus l'amour fou entre ces 2 grandes familles car depuis quelques temps, les Médicis abusent de leur pouvoir au grand détriment des Pazzi: attaques du fisc, basses suspicions policières et des humiliations de toutes sortes de plus en plus insupportables. Les Médicis ne supportaient pas que les Pazzi, par leur noblesse, l'emportaient sur eux. D'un autre côté, toutes ces vexations bouillonaient dans le coeur des Pazzi et les coeurs en cocotte minute ne retiennent plus leur vapeur et un jour la soupape de sécurité vient à exploser.

Jacopo Pazzi, immortalisé dans le jeu Assassin's creed


Pas étonnant que ce vieux soit aujourd'hui immortalisé virtuellement dans le jeu vidéo Assassin's creed. On tergiverse alors du côté des Pazzi pour savoir quelle est la meilleure façon de comettre le meutre du XV e siècle. Au départ, il n'est pas prêt de donner gain de cause aux conjurés, ayant peur de se mettre à dos le pape Sixte IV. Mais Montesecco, un des conjurés finit par le convaincre de mettre un terme à la vie des deux frères. Laurent semblait la cible idéale tant il était peu entouré de gardes du corps en sortie et le frapper en pleine foule aurait été aisé. Certains refusèrent ce plan le trouvant peu courageux or ce meurtre devait être grandiose. Julien était une cible moins facile de son côté. On décide de frapper un dimanche, dans la cathédrale, joyau de Brunelleschi. La coupole des rêves allait engloutir la vie d'un homme. 

La foule se presse dans la nef à la messe pour pouvoir ourdir au mieux l'évêque. Laurent et sa cour, apprêtés sont au premier rang et désillusion chez les Pazzi et les conjurés, Julien est absent, souffrant d'une blessure. Tous les plans, minutieusement préparés la veille n'avaient-ils donc servi à rien? Il leur fallait les deux frères. C'est ainsi que les membres de la famille Pazzi, sous couvert d'hypocrisie, accompagnés des Bandini, allèrent le chercher à son domicile pour l'emmener à la messe. Dans la rue qui menait à la cathédrale, ils le firent rire à coup de plaisanteries mal placées et lui donnèrent des caresses amicales. Mais aussitôt entrés dans le sanctuaire, ils le frappèrent de coups violents et Julien périt de sa petite mort, gisant sur le sol. Laurent, lui échappa à la mort, n'accusant qu'un petit coup à la gorge.

L'histoire des banquiers meurtriers ne s'arrêta pas là et la foule prit le parti des deux frères contre les Pazzi et l'archevêque du côté des meurtriers. Les assassins allaient devenir les proies d'un massacre encore plus sanglant. Mais pour savoir la suite, il vous faudra revenir sur ce blog. Programmation du prochain épisode indéterminée...