On roule, on roule et le moteur de notre voiture halète tellement, il chauffe face à ces montées et descentes qui épuisent les petites roues. Des arbres tout autour de nous ont effacé à jamais les traces des bâtisses des Hommes. Et puis voilà qu'à la fin de la route des crêtes, tel un mirage tant on n'y croit plus, un panneau est dressé sur deux pieds et dans un encadré, il indique "Freudenstadt".

SAM_6392

C'est une petite ville, havre de paradis guettée au loin par les arbres ténébreux. Elle n'a pourtant pas sombré dans la tourmente et respire bon la vie avec sa fontaine, ses boutiques (pour ceux qui cherchent des librairies allemandes, c'est le top) sous les colonnades et en poussant la porte des commerçants boulangers, vos yeux pétilleront devant tous les "Suche" très généreux en volume et en hauteur: la Tochtesuche et bien sûr l'incontournable Schwarzwald. Asseyez vous dans un café et prenez vos aises. J'y suis allé en mai, c'est plus que tranquille mais ça fait du bien cette vie au ralenti. Un monument capte notre attention: une église.

SAM_6393

Ce temple ne trembe pas de peur devant l'enfer de la forêt. Il symbolise aussi l'aspect multiconfessionnel de l'Allemagne. Faut-il rappeler que c'est dans ce pays que le protestantisme a pris racine avec le moine Martin Luther? Ici, ce ne sont pas des catholiques qui ont posé leurs quartiers mais des protestants. Cette église est très particulière avec ses deux nefs en équerre. Si vous pénétrez afin de vous rassurer de la nature sauvage, vous aurez comme une impression d'Amérique. Ces églises sont plus qu'épurées et ne sont mises qu'au service de la foi. Le seul qui brille, c'est un peu Dieu. Le soleil se couche, il est temps de quitter Freudenstadt pour de nouveau se frotter à la grande forêt. Pourvu que les feuillus nous protègent.