Lorsque l'on évoque Pise,  instantanément, notre esprit lui ne flanche pas et fait cette association d'idées: Pise = tour penchée. Mais si vous laissez un peu plus d'ouverture à votre esprit, vous saurez que cette tour fait partie d'un ensemble architecturale d'une divine beauté: la cour des miracles. Et dans cette cour des miracles, immaculée de blanc  de marbre de Carare, la cathédrale s'élève de sous la Terre telle une vierge taillée aux traits les plus parfaits. L'extérieur est d'une pureté ahurissante tant le matériau utilisé est précieux. Une cathédrale qui dès son entrée se veut grandiose avec plusieurs étages à colonnades rendant hommage à l'art roman, des mosaïques scintillantes aux tesselles d'or, non sans rappeler l'empire byzantin et des portails sculptés. Ce n'est plus un miracle, c'est une bénédiction. Et tout cela n'est que l'extérieur car l'intérieur est aussi prolifique que l'enveloppe.

 

SAM_0450

SAM_0454

SAM_0457Comme je vous l'ai dit plus haut, les charmes de cette cathédrale ne s'arrêtent pas à sa façade et vous découvrirez en poussant les portes un fusionnel mélange esthétique puisé au fin fond de plusieurs civilisations méditerranéennes. Outre ce marbre de carrare omniprésent, l'abside se voit affublée d'une superbe mosaïque byzantine aux tesselles d'or avec un Jésus non pas agonisant mais bien triomphant sur cette voute céleste. Celui se veut rassurant dans une atmosphère à la fois romane avec ses piliers mais aussi théatralement baroque à la fois dans ses chapelles mais également au plafond de la coupole qui perturbe notre vision avec ses trompes l'oeil soigneusement abouti.  N'ayez pas peur du torticoli et extasiez vous aussi sur le plafond à caisson généreux en or à l'entrée de ce brillant édifice. Avec cette cathédrale, je comprends pourquoi les pieux de la Renaissance avaient encore fois aux miracles.

 

SAM_0459

 

SAM_0463

 

SAM_0467